Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Fantasy d’Afrique

Tracker, chasseur à l’odorat hyper développé, sur la d’un jeune garçon, parcourt des royaumes africains faits de jungles luxuriantes, de villes dans le ciel et de sombres forêts où chargent les esprits des éléphants. En route, il s’entoure de compagnons aussi étranges et violents que lui et rencontre, entre autres, des trolls féroces, des sirènes, des vampires, des fantômes et un démon suceur de sang uniquement composé de mouches. Pour nourrir Black Leopard, Red Wolf, l’écrivain jamaïcain Marlon James s’est plongé pendant deux ans dans la mythologie du continent africain, des contes d’Ananse à l’épopée de Soundiata.

James a reçu le prix Man Booker en 2015 pour son précédent livre, roman noir polyphonique et magistral, Brève histoire de sept meurtres. Il avait annoncé que son ouvrage suivant serait « le Trône de Fer africain ». Pour autant, tous les critiques, pour la plupart séduits par ce roman très attendu, ne se sont pas arrêtés à cette comparaison.

C’est comme « si Toni Morrison avait écrit les Métamorphoses d’Ovide : douloureux et étrange, rempli de corps passant du statut de personne à celui de viande, et en quelque sorte, toujours, magnifiquement bouleversant », assure l’auteure de science-fiction Amal El-Mohtar sur le site de la radio publique américaine NPR. Elle qualifie sa lecture d’« expérience horrible et douloureuse » qu’elle ne souhaite pas renouveler, car « à la mélancolie d’un Tolkien, à la mécanique calculatrice d’un G. R. R. Martin, James a substitué l’horreur et la tragédie ».

Une violence qui marquait déjà Brève histoire de sept meurtres, avec lequel Black Leopard a plus d’un point commun. « Le moindre survol des dialogues est suffisant pour confirmer qu’on a affaire au même Marlon James », note la critique Laura Miller dans Slate. Surtout, ajoute-t-elle, le lecteur retrouve le talent de James pour jouer avec les voix. Là où Brève histoire adoptait tour à tour le point de vue de différents personnages, Black Leopard s’en tient à celui de son héros. Mais il n’est que le premier volume d’une trilogie, et les suivants exploreront la même histoire avec d’autres voix.

 

À lire aussi dans Books : Mauvais sort, avril-juin 2018.

LE LIVRE
LE LIVRE

Black Leopard, Red Wolf de Marlon James, Riverhead Books, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Périscope La tragédie de l’euro
Périscope Le 16 mars 1978, une journée particulière
Périscope Ragoût meurtrier

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.