Faux-semblants zimbabwéens
par Amandine Meunier
Temps de lecture 1 min

Faux-semblants zimbabwéens

Écrit par Amandine Meunier publié le 4 avril 2019

Bukhosi, 17 ans, disparaît lors d’une manifestation en faveur de la sécession du Matabeleland, la région occidentale du Zimbabwe. Ses parents sont désespérés. Le  locataire du couple, un jeune homme nommé Zamani qui est le narrateur du roman, les soutient moralement. Il est loin d’être désintéressé. Orphelin, il voit là l’occasion de prendre la place du fils disparu. En faisant boire et consommer des drogues à ses parents de substitution, il obtient d’eux une longue série de confessions. Et de souvenirs en secrets de famille, alors que personne n’est vraiment ce qu’il prétend être (Zamani a lui-même pour devise « ce n’est pas la vérité qui compte, mais ce que l’on peut rendre vrai »), le lecteur se trouve plongé dans l’histoire du Zimbabwe et notamment les années sanglantes de la guerre contre le gouvernement blanc de Rhodésie du Sud.

House of Stone est le premier roman de la Zimbabwéenne Novuyo Rosa Tshuma, doctorante en littérature à l’université de Houston. « Il n’est pas sans défauts, mais il est suffisamment important et inhabituel pour que le lecteur soit conquis », remarque le romancier nigérian Helon Habila dans The Guardian. « Tshuma bâtit un récit riche et complexe sur l’importance de l’histoire, le coût de la révolution, la quête de liberté et la transformation de soi », note le chroniqueur du magazine littéraire américain Kirkus Review, qui a retenu une phrase du roman en particulier : « Toujours, tu dois regarder par dessus ton épaule, pour voir ce que l’histoire concocte pour ton avenir ».

 

À lire aussi dans Books : Un Zimbabwe de caricature, avril 2011.

Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire