Il vous manque un numéro de Books ? Complétez votre collection grâce à notre boutique en ligne.

Galilée et le négationnisme scientifique

Le 23 juin 1633, Galilée est forcé de s’agenouiller devant le tribunal de l’Inquisition et de prononcer une formule d’abjuration par laquelle il renie « d’un cœur sincère et d’une foi non feinte » la théorie héliocentrique. Puis, pour avoir soutenu que la Terre n’est pas immobile au centre de l’univers, comme on le pensait à l’époque, mais tourne autour du Soleil, l’astronome italien est condamné à passer la fin de ses jours en résidence surveillée. Dans Galileo: And the Science Deniers, l’astrophysicien israélien Mario Livio revient sur le procès qui opposa Galilée au Saint-Office de Rome.

Le procès de Galilée

Au rang des pièces à conviction, Dialogue des deux grands systèmes du monde, un traité paru en 1632 dans lequel Galilée oppose le modèle de Ptolémée – qui fait de la Terre le centre de l’univers – au modèle héliocentrique de Copernic. Si Galilée est clairement partisan de la doctrine copernicienne, il tente de se défendre en prétendant que le livre ne fait qu’exposer les deux théories sans prendre parti. Le Saint-Office, toutefois, ne l’entend pas de cette oreille.

« Non seulement Livio maîtrise la partie scientifique (ce qui n’est guère étonnant venant d’un astrophysicien accompli), mais sa connaissance du contexte socio-historique de l’époque est aussi impressionnante. Et ce qui est peut-être le plus impressionnant, étant donné qu’il n’est pas catholique, c’est sa compréhension relativement fine des arguments théologiques », apprécie le physicien Stephen Barr dans The Washington Post. Le critique tempère toutefois son enthousiasme en qualifiant de « poussifs » les parallèles dressés par Livio entre les détracteurs de Galilée et ceux qui, aujourd’hui, s’obstinent à contester certaines données scientifiques – les créationnistes et les climato-sceptiques, notamment. Personne n’a jamais été jeté en prison pour avoir défendu la théorie de l’évolution, nuance-t-il.

Créationnistes et climato-sceptiques

Pour Jennifer Bort Yacovissi aussi, la comparaison est « poussive » : « L’emprise de l’Église sur la recherche scientifique a certes eu des effets dévastateurs sur la liberté de pensée et le débat intellectuel, mais rien de ce que l’Église tenait pour vrai, prêchait ou décrétait ne pouvait changer le fait que la Terre tourne autour du soleil. […] Or la situation est complètement différente lorsqu’il s’agit du changement climatique ou de l’épidémie de coronavirus. Dans ces cas-ci, notre capacité à accepter les faits scientifiques et à prendre les mesures appropriées a des conséquences tangibles sur le réel », souligne-t-elle dans The Washington Independent Review of Books.

À lire aussi dans Books : Galilée aux Enfers, mai 2011.

LE LIVRE
LE LIVRE

Galileo: And the Science Deniers de Mario Livio, Simon & Schuster, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Médiocres milléniaux
Lu d'ailleurs Espionne et mère de famille  
Lu d'ailleurs Les perdants magnifiques

Dans le magazine
BOOKS n°111

DOSSIER

La tentation autocratique

Mot manquant

Omiokuri

par Daniel Pennac

Esprit critique

Big Pharma et Covid-19

par Olivier Postel-Vinay

Jadis & naguère

Le fascisme, ça n’arrive qu’aux autres

par Jean-Louis de Montesquiou

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.