L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Écran noir
Temps de lecture 1 min

Quand l’hétérosexualité était une maladie


Boy erased © Focus Features

Le film Boy Erased, du réalisateur Joel Edgerton, est inspiré de l’histoire d’un jeune homosexuel américain que son père pasteur veut guérir, en l’obligeant à suivre une thérapie de conversion. L’homosexualité est encore considérée dans certains milieux comme une maladie. Mais l’hétérosexualité l’a un temps été aussi, rappelle l’historien Jonathan Ned Katz dans L’invention de l’hétérosexualité.

Les adjectifs « homosexuel » et « hétérosexuel » sont une création de l’écrivain austro-hongrois Karl Maria Kertbeny, en 1868. Ce dernier milite alors pour la dépénalisation des relations entre hommes et cherche pour les qualifier d’un terme qui ne soit pas connoté négativement. Son compatriote, le psychiatre Richard Von-Krafft-Ebing reprend ces mots dans Psychopathia sexualis, en 1886. Cet ouvrage, destiné en principe à un public de juges et de médecins, est un succès de librairie et popularise les termes inventés par Kertbeny. En français, « homosexualité » apparaît pour la première fois en 1891 dans les Annales médico-psychologiques sous la plume du Dr Chatelain.

Dans ces textes, l’homosexualité n’est plus présentée comme une perversion mais comme une pathologie, au même titre que l’hétérosexualité, définie dans un dictionnaire médical de 1901 comme « un appétit sexuel anormal ou perverti pour l’autre sexe ». Car à l’époque, un appétit normal ne vise qu’à la procréation.

 

À lire aussi dans Books : Les origines allemandes du mouvement gay, septembre 2015.

LE LIVRE
LE LIVRE

L’invention de l’hétérosexualité de Jonathan Katz, EPEL, 2001

SUR LE MÊME THÈME

Écran noir Dieu, cet être aux personnalités multiples
Écran noir Les paradoxes du lait
Écran noir Au XVIIIe siècle, porno rime avec philo

Dans le magazine
BOOKS n°100

DOSSIER

Du bon usage de l'esprit critique

Périscope

Les mauvais philosophes

Document

Nasrin Sotoudeh écrit de sa prison

Entretien

Souleymane Bachir Diagne, l’islam et la société ouverte

par Olivier Postel-Vinay

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.