Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Hollywood plutôt que Godard

Depuis sa sortie en septembre dernier, (Très) cher cinéma français, le pamphlet du journaliste et critique de cinéma Eric Neuhoff, suscite des débats enflammés. Neuhoff y annonce tout simplement la mort du cinéma français contemporain, qu’il juge complaisant, dépourvu d’inventivité et politiquement correct à outrance. Nul doute que sa thèse enchante son confrère espagnol Pedro Vallín, qui vient lui aussi de publier un essai très polémique sur le septième art.

Les héros Marvel contre la Nouvelle Vague

¡Me cago en Godard! (“Godard m’emmerde!”) vise à « démolir le présupposé absolument faux, mais largement adopté par la critique, selon lequel le cinéma européen, et particulièrement le cinéma d’auteur, est plus progressiste que le cinéma américain, qui serait réactionnaire et néolibéral », explique Pedro Vallín au quotidien La Vanguardia. Les plus cinéphiles d’entre nous diront toujours préférer les films de Bergman aux blockbusters hollywoodiens, souligne-t-il. Et s’il nous arrive de nous compromettre en allant voir les dernières aventures des super-héros de Marvel, nous en concevons un plaisir coupable. La raison ? Nous suspectons – à tort, selon Vallín – que les superproductions américaines servent d’instrument d’endoctrinement au service de l’impérialisme américain et de l’idéologie capitaliste.

Les valeurs d’Hollywood

Pourtant, l’auteur soutient que le cinéma européen, de la Nouvelle Vague jusqu’aux dernières réalisations de l’Autrichien Michael Haneke, reflète bien plus les idéaux bourgeois que le cinéma hollywoodien. Regardez un film d’auteur et vous y verrez des « nantis qui vivent dans des appartements gigantesques et souffrent de bleus à l’âme, comme la perte de leur jeunesse », ironise Vallín dans le quotidien en ligne El Confidencial. Les protagonistes des films à grand spectacle produits outre-Atlantique, en revanche, sont souvent engagés dans des luttes pour l’émancipation ou la justice. « Pour étayer sa réhabilitation du caractère progressiste du cinéma américain mainstream, Pedro Vallín propose une relecture unique en son genre de l’histoire du cinéma récent » prévient Francesc Miró dans El Diario.

À lire aussi dans Books :  Le rêve hollywoodien de Pyongyang, juin 2015.

LE LIVRE
LE LIVRE

¡Me cago en Godard! de Pedro Vallín, Arpa Editores, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Les états d’âme d’une gauchiste américaine
Lu d'ailleurs La « reine des allocs » a bel et bien existé
Samuel Pozzi, l’insaisissable « docteur Dieu »

Dans le magazine
BOOKS n°103

DOSSIER

Femmes singulières

Chemins de traverse

15 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Regrets

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Le pillage de l'Empire moghol

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.