Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

L’homme, cet imprévu

L’apparition de l’espèce humaine était-elle inéluctable ?

Le succès planétaire de Sapiens, de l’historien israélien Yuval Noah Harari, l’a bien montré : les ­ouvrages scientifiques qui traitent des origines de l’humanité ont le vent en poupe. Mais les quelque 500 pages de Sapiens et les 460 du volume suivant, Homo deus, n’ont visiblement pas suffi à rassasier la curiosité des lecteurs espagnols, puisqu’ils se sont précipités sur Vida, la gran historia.

Le paléoanthropologue Juan Luis Arsuaga y retrace l’évolution de la vie sur Terre, de son apparition il y a 3,8 milliards d’années jusqu’à nos jours. La tâche est ambitieuse mais taillée à la mesure de ce spécialiste de la paléontologie humaine, à qui l’on doit la découverte, sur le site d’Atapuerca, dans le nord de l’Espagne, de restes fossiles d’Homo antecessor, l’espèce éteinte du genre Homo la plus ancienne d’Europe. Réputé pour ses talents de vulgarisateur, Arsuaga est le directeur scientifique du musée de l’Évolution humaine de Burgos.

« Pourquoi sommes-nous là ? », interroge l’auteur, avant de reformuler la question en termes moins métaphysiques : « L’apparition de la vie sur Terre était-elle inéluctable ? Et celle de l’espèce humaine ? »

Mais, attention, Vida, la gran historia n’offre pas de conclusions définitives, prévient le quotidien barcelonais El Perió­dico : « À force de chercher des réponses enfouies dans le sol, le paléoanthropologue a l’habi­tude de semer le doute parmi les vivants. »

Si certains de ses confrères esti­ment que l’avènement d’Homo était inéluctable, Arsuaga émet des réserves. Certes, la vie est apparue alors que la Terre n’était habitable que depuis deux cents millions d’années – presque un battement de cils à l’échelle du cosmos –, mais il ne s’agissait que d’organismes unicellulaires et de formes de vie simples, ­rappelle-t-il.

Il a fallu attendre deux milliards d’années pour que la vie complexe et pluricellulaire se manifeste sur notre planète. Pour le paléoanthropologue, la probabilité qu’apparaissent les premiers vertébrés était infime, mais, dès lors, les chances qu’ils puissent se déplacer sur Terre et évoluent jusqu’à donner naissance aux hominidés étaient bien plus élevées.

Contrairement à Harari – qu’il ne porte pas dans son cœur –, Arsuaga se refuse à jouer les futurologues. Et son approche socratique semble séduire les lecteurs, à l’instar du critique du quotidien El Imparcial : « Avec son style si caractéristique, à la fois familier, agréable et rigoureux, le chercheur n’essaie pas de répondre aux grandes questions, mais il nous fournit ­assez d’idées et d’arguments pour que nous puissions nous former nous-mêmes une opinion ». En somme, le passé reste ouvert.

LE LIVRE
LE LIVRE

Vida, la gran historia. Un viaje por el laberinto de la evolución de Juan Luis Arsuaga, Destino, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Le jour de la honte
Bestsellers Une ombre à Oslo
Bestsellers Théâtre de la mémoire

Aussi dans
ce numéro de Books

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.