L’incroyable incapacité des experts à prévoir l’avenir

Ils n’ont vu venir ni la crise financière de 2008, ni même le baby-boom de l’après-guerre. En revanche, ils prédisent régulièrement des catastrophes et autres événements fantaisistes. Et pourtant, ils ont toujours la cote.

En décembre 2007, lorsque le magazine BusinessWeek publia son tableau annuel des prévisions économiques pour les douze mois à venir, la totalité des 54 économistes interrogés prédirent que l’économie américaine n’allait pas « tomber en récession ». La croissance en 2008 n’aurait rien d’exceptionnel mais se poursuivrait, affirmèrent-ils tous. Ils ne furent pas les seuls à ne pas voir ce qui se profilait. En juillet 2009, un groupe d’éminents économistes et constitutionnalistes britanniques déplorait dans un courrier adressé à la reine « le défaut d’imagination collective » qui les avait conduits, sans exception, à ne pas anticiper la crise.

Si la lecture du livre de Dan Gardner est si réjouissante, cela tient pour beaucoup aux efforts que déploient les experts pour justifier après coup la nullité de leurs prévisions. Gardner cherche à comprendre pourquoi les pronostics des experts sont si souvent à côté de la plaque et pourquoi on tient rarement rigueur à ceux qui se sont trompés. Il s’appuie pour ce faire sur les travaux de Philip ­Tetlock, un psychologue américain qui en ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Future Babble: Why Expert Predictions Fail and Why We Believe Them Anyway, (« Futurologie à deux balles : pourquoi les prévisionnistes se trompent et pourquoi nous les croyons malgré tout »), de Dan Gardner, Virgin Books, 2011

SUR LE MÊME THÈME

Dossier L’endroit où les adultes pleurent
Dossier Pourquoi croit-on en Dieu ?
Dossier Aux origines des origines

Aussi dans
ce numéro de Books