L’incroyable succès d’un plaidoyer pour le bien-être végétal

Des forêts entières de bouleaux ont dû être abattues pour imprimer le best-seller planétaire qu’est La Vie secrète des arbres. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de cet ouvrage plus militant que scientifique.


© Gordon Welters/The New York Times/Réa

Peter Wohlleben, ici dans la forêt qu’il gère à Hümmel, en Allemagne, cherche à nous convaincre que les arbres ne sont pas si différents des animaux et que, comme eux, ils éprouvent de la souffrance.

Peter Wohlleben, qui gère une forêt à Hümmel, dans le massif de l’Eifel, en Alle­magne, adore les arbres. L’affection et le respect qu’il ­témoigne à ces êtres vivants ­illuminent chaque page de La Vie secrète des arbres. Il est donc triste et un peu paradoxal qu’on doive abattre de plus en plus d’arbres pour imprimer son livre 1, qui est un best-seller mondial. Les comptes rendus ont le plus souvent été dithyrambiques. Pour ma part, les éléments expo­sés par Wohlleben m’ont laissée quelque peu sceptique, ce qui a en partie gâché le plaisir que j’ai pris à lire son livre. L’auteur est convaincant quand il parle des arbres comme d’êtres débor­dant d’activité – ils tissent des relations et s’entraident, apprennent et s’emploient à résoudre les problèmes –, mais il se lance à plusieurs reprises dans des passages d’un anthropomorphisme si excessif que le lecteur est saisi par le doute. Le ton est donné dès l’avant-­propos : « Quand on sait qu’un arbre est sensible à la douleur ...
LE LIVRE
LE LIVRE

La Vie secrète des arbres. Ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent de Peter Wohlleben, Les Arènes, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Bestseller Retour du refoulé
Bestseller Rock et répression
Bestseller Les meilleures ventes au Mali - Hantés par la guerre

Aussi dans
ce numéro de Books