La forêt réenchantée

Les arbres sentent, souffrent, communiquent. Un forestier allemand nous plonge dans leur monde fascinant.


© Pierre Gleizes / Rea

La rivalité entre essences d’arbres est une réalité. Sous nos latitudes (ici une forêt dans la Loire), le grand gagnant est incontestablement le hêtre, qui réussit à capter 97 % de la lumière.

C’est l’une des plus belles scènes de Tête d’Or, de Paul Claudel. Simon Agnel, le héros de cette pièce de jeunesse, excessive et géniale, s’adresse à un arbre. Il n’est encore qu’un vagabond, mais bientôt il usurpera un trône et partira à la conquête du monde. Sa méta­morphose a lieu précisément au pied de celui qu’il appelle son « père immobile ». Agnel veut obtenir de lui le « mot » qui le révélera à lui-même. Il y parvient à l’issue d’une prodigieuse assimilation avec le grand arbre qui lui fait face, cet être à la fois éminemment terrestre et cosmique, cet « effort continuel », ce « tirement assidu […] hors de la matière inanimée », comme il le décrit : « La terre inépuisable dans l’étreinte de toutes les racines de ton être/ Et le ciel infini avec le soleil, avec les astres dans le mouvement de l’Année/ Où tu t’attaches avec cette bouche, faite de tous tes bras, avec le bouquet de ton corps, le saisissant de tout cela en toi qui respire/ La terre et le ciel ...
LE LIVRE
LE LIVRE

La Vie secrète des arbres. Ce qu’ils ressentent, comment ils communiquent de Peter Wohlleben, Les Arènes, 2017

SUR LE MÊME THÈME

En librairie Jeunesse dorée japonaise
En librairie Pour un politiquement incorrect de gauche
En librairie Chronique d’un fiasco

Aussi dans
ce numéro de Books