Kierkegaard, à regret
par Pauline Toulet
Temps de lecture 1 min

Kierkegaard, à regret

Écrit par Pauline Toulet publié le le 9 mai 2019

Depuis une quinzaine d’années, la philosophe et théologienne britannique Clare Carlisle semble avoir une idée fixe : rendre accessible et diffuser la pensée de Søren Kierkegaard. Philosopher of the Heart est le cinquième ouvrage qu’elle consacre au philosophe danois. Dans cette nouvelle biographie, elle s’intéresse à la relation de Kierkegaard au religieux et, notamment, aux origines de son ambivalence vis-à-vis de l’Église luthérienne de son époque.

Tournant marquant

Né à Copenhague en 1813, celui que l’on qualifie souvent de « père de l’existentialisme » voyait la condition humaine comme inévitablement minée par l’angoisse et le regret. Rares sont les philosophes dont les concepts sont plus intimement liés à la vie, pointe Carlisle. Un événement en particulier, souligne l’auteure, marquera toute l’œuvre de Kierkegaard : sa rupture avec Régine Olsen. Tous deux se rencontrent en 1837, lui a alors 24 ans, et elle, 15. C’est le coup de foudre et ils se fiancent en 1840. Un an plus tard, se sentant incapable d’embrasser la vie conjugale, Kierkegaard rompt son engagement pour se consacrer entièrement à l’écriture et à la philosophie religieuse. Cette décision, toutefois, ne cessera de le tourmenter et de ressurgir dans tous ses textes : « Mariez-vous, vous le regretterez ; ne vous mariez pas, vous le regretterez aussi ; mariez-vous ou ne vous mariez pas, vous le regretterez également », écrit-il dans son ouvrage fondateur Ou bien… ou bien.

Toujours des regrets

Clare Carlisle a écrit un livre « limpide et captivant, qui sauve Kierkegaard des griffes des universitaires et montre pourquoi il est un personnage fascinant et utile », commente le psychanalyste Adam Phillips dans The Guardian. D’autres critiques sont moins enthousiastes, à l’instar de Rob Doyle : « Philosopher of the Heart pâtit d’une structure confuse : plutôt que relater chronologiquement la vie de Kierkegaard, il déboussole le lecteur en faisant des allers-retours dans le temps », écrit-il dans The Irish Times.

Lisez cette biographie de Kierkegaard, vous le regretterez ; ne la lisez pas, vous le regretterez aussi, semblent dire les critiques…

 

À lire aussi dans Books : Mais qu’est-ce donc que l’existentialisme ?, mai 2016.

0
Commentaire

écrire un commentaire