Temple Grandin , la science au défi

À 6 mois, elle refusait l’étreinte de sa mère. À 3 ans, elle était ingérable et ne parlait pas. Le neurologue prononça un diagnostic d’autisme. Temple Grandin est aujourd’hui professeur d’université et sait mieux que personne faire partager la perception du monde des autistes. Elle sait aussi dire leur fait aux chercheurs qui ne jurent que par l’imagerie cérébrale ou le « gène de l’autisme ». Un phénomène aussi complexe ne peut se comprendre qu’individu par individu.

Je n’ai jamais appris à taper à la machine. Je suis capable, tout au plus, de chercher les touches et de taper avec deux doigts, les yeux rivés au clavier. Au lieu de cours de dactylo, on m’a inculqué le travail du métal : façonner des solins, souder des fils, percer le fer-blanc. Cet apprentissage remonte à mon année de CM2 à l’école publique 187, dans le Queens. Notre maîtresse, Mme L., avait divisé la classe en deux groupes : les élèves capables de suivre un « cursus général » et d’aller jusqu’à l’université, et les élèves comme moi, bons pour la filière professionnelle et destinés au travail en usine ou en atelier de réparation. Mme L. était une quadragénaire trapue à la mine austère. Elle nous avait fait comprendre les qualités de l’élève prometteur : écriture soignée, bonne position, attention soutenue aux leçons. Il ne lui fallut pas longtemps pour conclure que je ne possédais aucune de ces caractéristiques. Je passais le plus clair de mes journées à regarder par la fenêtre la cour de récréation bétonnée, à rêver ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le cerveau autiste de Temple Grandin , la science au défi, Houghton Mifflin

SUR LE MÊME THÈME

Dossier La nouvelle guerre froide
Dossier La nouvelle Inquisition
Dossier Quel avenir pour le cinéma ?

Dans le magazine
BOOKS n°119

DOSSIER

Guerre froide 2.0

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

D’une guerre froide à l’autre

Bestsellers

L’art presque perdu de se concentrer

par Ekaterina Dvinina

Voir le sommaire