L’antiroman de Pasolini

Pier Paolo Pasolini écrivait dans une lettre à Alberto Moravia que son roman Petrolio n’était « pas une proclamation […] mais le préambule à un testament ». Ce que ce poète, écrivain et réalisateur, figure phare du XXe siècle italien, ignorait alors, c’est que Petrolio serait véritablement son testament littéraire, car l’écriture de ce qu’il envisageait comme un « métaroman philologique » fut interrompue par son assassinat, en 1975. Ainsi, ce texte très expérimental – qui devait être une enquête sur les machinations politiques et financières dans l’Italie post-boom économique mais dont l’ambition était de « traverser tous les genres et tous les styles » – est resté à l’état de feuillets et de notes éparses, parfois contradictoires. Il n’a pas de « clé de lecture univoque », explique Il Libraio.
Après une première publication en 1992, une nouvelle édition a paru cette année, pour le centenaire de la naissance de Pasolini. Les différences entre les deux éditions résultent du travail minutieux d’un duo d’éditeurs ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Petrolio de Pier Paolo Pasolini, Garzanti, 2022

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Le double mystère de Florès
Périscope Une fable africaine
Périscope Le temps de la guérison

Aussi dans
ce numéro de Books