Le bonimenteur du livre

Tant de nouveaux livres chaque année… Quelque 70 000 en France, plus de 300 000 aux États-Unis. Le lecteur, et on le comprend, se laisse souvent guider par la quatrième de couverture, alias le « prière d’insérer », alias, en franglais, le « blurb » : un texte de 50 à 200 mots qui a la lourde tâche d’inciter à lire un ouvrage de dizaines de milliers de mots. Gérard Genette, qui a étudié l’objet de près, y voit une « zone indécise entre le dehors et le dedans » 1 – un seuil, donc, à partir duquel on interpelle le chaland. Le blurb est à la charnière entre deux désirs : celui de l’auteur – être lu ; celui du lecteur – acheter à bon escient.
Bien sûr, ce que le blurb dit d’un livre n’est pas toujours très pertinent ni même véridique. Aux États-Unis, où la production de blurbs est une véritable industrie, on trouve des sites 2 qui traquent et dénoncent les plus trompeurs d’entre eux. Le blurb est un outil marketing, ...

SUR LE MÊME THÈME

L'avenir radieux de la lecture Parlez-moi de vous – et de moi
L'avenir radieux de la lecture Ne canonnez pas le canon
L'avenir radieux de la lecture Ceci n’est pas un film

Aussi dans
ce numéro de Books