Le double mystère de Florès

Qui ne se souvient du « Hobbit », cette espèce d’humain modèle réduit dont les squelettes ont été trouvés sur une île indonésienne ? Un anthropologue n’écarte pas l’idée qu’on puisse encore en rencontrer.

D’un mouvement alerte, elle rejetait ses seins pendants par-dessus ses épaules. Une prouesse inédite, propre à l’ebu gogo, créature improbable souvent mentionnée dans les légendes populaires sur l’île de Florès, en Indonésie.
Avant même que soient dénichés les premiers squelettes du dérangeant Homo floresiensis, ou homme de Florès, les anthropologues avaient assimilé l’ebu gogo à une population récemment disparue d’hominoïdes, mi-hommes mi-singes, de petite taille, de faible capacité crânienne et très poilus. Quand Homo floresiensis fut découvert, en 2003, la légende revint sur le devant de la scène. L’homme de Florès, il faut l’avouer, avait de quoi surprendre. Des individus mesurant quelque 1,10 mètre en moyenne, munis d’une pierre ­taillée de bon aloi, que leurs découvreurs ont d’abord situés dans une période allant de 38 000 à 13 000 ans av. J.-C., soit l’époque des grottes ornées en Europe. Une nouvelle espèce d’humains, sans relation claire avec les espèces connues.
Bientôt baptisé «&...

LE LIVRE
LE LIVRE

Between Ape and Human de Gregory Forth, Pegasus Books, 2022

SUR LE MÊME THÈME

Périscope L’antiroman de Pasolini
Périscope Une fable africaine
Périscope Le temps de la guérison

Aussi dans
ce numéro de Books