Les derniers funambules

Les Traber sont l’une des plus vieilles dynasties d’artistes d’Europe. Voilà plus de deux siècles qu’ils font des acrobaties sur la corde. Mais, depuis 2006 et l’accident du fils héritier, leur monde vacille : et si la modernité allait avoir raison du funambulisme ?


Debout sur la corde sans filet et les yeux bandés, sur la tête, sur les mains, sur un monocycle, un vélo ou une moto : la dynastie des Traber a battu les records les plus fous. Comme ici, dans le Tyrol, en 1999. © Frank Mächler / Picture Alliance

Peu importe à qui l’on s’adresse, à son père ou à sa mère, à ses deux sœurs ou à Johann Traber junior lui-même, tous finissent immanquablement par évoquer ce jour qui a changé à jamais leur vie et le destin de leur famille. Les uns le racontent en pleurant, les autres d’une voix brisée, seul Johann Traber junior en parle avec une sobriété presque désinvolte. Il a aujourd’hui 37 ans, et c’est le seul à ne pas s’en souvenir, à ne pas avoir d’images devant les yeux.

C’était le 21 mai 2006, un jour pluvieux à Hambourg. On fêtait l’inauguration du nouveau Jungfernstieg, la grande promenade de la ville, lorsqu’il est tombé d’une hauteur de 52 mètres.

Katharina Traber, 33 ans, la sœur cadette : « Nous n’avions jamais imaginé qu’il pourrait arriver quelque chose. »

Anna Traber, 36 ans, la sœur aînée : « Jusqu’à ce jour,...

LE LIVRE
LE LIVRE

Traité du funambulisme de Philippe Petit, Actes Sud, 2015

ARTICLE ISSU DU N°123

SUR LE MÊME THÈME

Saga La Viking qui découvrit l’Amérique

Aussi dans
ce numéro de Books