Les Rockefeller du fracking

Les Rockefeller du fracking

Publié dans le magazine Books, janvier 2014.
Qui aurait parié, il y a dix ans, que les États-Unis deviendraient, fin 2013, le premier producteur mondial de pétrole, devant la Russie et l’Arabie saoudite ? À l’époque, les grandes compagnies américaines délaissaient le territoire national au profit de puits à l’étranger et de plateformes offshore. Depuis, le fracking, cette technique de fracturation de la roche permettant l’accès aux schistes bitumineux, s’est développé et, partout dans le monde, de grandes entreprises gourmandes en énergie se préparent à délocaliser leur production vers la première puissance économique mondiale. « La plupart des Américains ont entendu parler de ce brusque retournement de tendance ; moins savent comment il s’est produit, et quels en furent les acteurs », souligne Gary Sernovitz dans The New Republic à propos de The Frackers, le premier livre qui entend répondre à ces deux questions. Journaliste au Wall Street Journal, son auteur, Gregory Zuckerman, fait un portrait sidérant de la poignée de foreurs obscurs mais tenaces à l’origine de cette révolution. Le plus extraordinaire d’entre eux est peut-être Harold Hamm. Treizième enfant d’une famille de fermiers pauvres de l’Oklahoma, il eut sa première paire de chaussures neuves à 5 ans, et n’a pu aller à l’université. « Il parlait comme un plouc », raconte l’un de ses amis. Aujourd’hui à la tête d’un patrimoine estimé à 12,4 milliards de dollars, le « plouc » est la 33e fortune de la planète. S’il raconte une histoire typiquement américaine, celle d’ingénieurs et d’entrepreneurs obstinés, qui ont cru à ce qu’ils…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire