L’Espagne et ses petits dictateurs
par Juan Jesús Aznarez

L’Espagne et ses petits dictateurs

Au-delà des Pyrénées, une génération de parents perdus, incapables de dire non et de gérer les conflits, a donné naissance à une génération d’enfants impossibles. Souvent déviants, parfois délinquants, certains en viennent à terroriser leur famille. En jeu, ici comme ailleurs, les valeurs consuméristes d’une société où l’on veut tout, tout de suite. S’y ajoute, plus spécifiquement, le complexe d’une démocratie encore jeune où l’autorité est particulièrement dévaluée.

Publié dans le magazine Books, juillet-août 2014. Par Juan Jesús Aznarez
Le député X a chassé de chez lui son fils de 18 ans, trop paresseux et irresponsable, mais il n’a pas supporté les conséquences d’une décision aussi radicale : très vite, il s’est effondré. Il pleurait en l’imaginant à la rue, sans argent, en proie à la drogue et à la délinquance. Le jeune, quant à lui, en a nourri une terrible rancœur envers son père. « Il ne lui a jamais pardonné », se souvient une amie de la famille. Ce genre de situation n’a rien d’exceptionnel. La plupart des parents espagnols qui ont des enfants impossibles sont épouvantés quand, après avoir échoué à trouver un terrain d’entente et négocier des règles de comportement, il leur faut choisir entre sanctionner et faire comme si de rien n’était. C’est que, dans nos sociétés marquées par l’éclatement des modèles familiaux, l’absence de consensus minimum sur les valeurs et les critères d’éducation laisse les adultes désemparés. Selon une enquête de la Fondation d’aide contre la drogue (FAD), 40 % des parents espagnols reconnaissent ne pas savoir gérer les conflits avec leurs enfants. Les bouleversements sociaux, la révolution Internet, le fait que ces adolescents disposent de bien plus d’argent qu’autrefois ont profondément transformé la culture jeune ces dernières décennies, prenant à rebrousse-poil la génération de la démocratie (1). Auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, le philosophe José Antonio Marina (2) soulignait récemment, dans l’une de ses conférences, que les jeunes d’aujourd’hui ne communiquent plus avec leurs parents. Autrefois, les adultes surfaient sur cette immense…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire