L’éternel retour de la bêtise

Un philosophe espagnol entend réhabiliter le célèbre principe de Hanlon, formulé en 1980 par un informaticien américain : « Ne jamais attribuer à la malveillance ce que la bêtise suffit à expliquer. »


D’après un proverbe espagnol, « l’homme est le seul animal qui trébuche deux fois sur la même pierre. » Ici, Jacques Villeret dans Le Dîner de cons (1998).

Ces dernières semaines, un invité surprise s’est introduit dans les listes des meilleures ventes de livres établies par la presse espagnole. Surprise, car Breve tratado sobre la estupidez humana, ce petit traité que le philosophe ­Ricardo Moreno Castillo consacre à la bêtise humaine, a été publié il y a déjà trois ans. Et pourtant, le voilà devenu un véritable phénomène de librairie. Pourquoi un tel regain d’intérêt ? Ángela Pérez nous met sur la voie : « Cet essai a, entre autres vertus, le mérite d’être aussi actuel qu’opportun », écrivait-elle dans le quotidien El Imparcial lors de la parution du livre. Trois ans plus tard, la bêtise humaine n’a visiblement rien perdu de son actualité.
Ricardo Moreno Castillo n’en est pas à son premier coup d’éclat. Ce poil à gratter des lettres espagnoles s’est notamment illustré par son « pamphlet antipédagogique » (Panfleto antipedagógico, 2006) dans lequel il étrillait, avec un humour corrosif, le système éducatif de son pays. Avec Breve tratado sobre la estupidez humana, il signe cette fois une « diatribe contre ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Petit traité sur la bêtise humaine de Ricardo Moreno Castillo, Fórcola Ediciones, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers À la source du rayonnement de Hawking
Bestsellers Après la défaite, la quête de sens
Bestsellers Un pays pas si gay

Aussi dans
ce numéro de Books