L’islam est-il antisémite ?

« Allah, détruis et écrase complètement les juifs » : ce propos entendu à la télévision égyptienne illustre la vigueur prise par l’antisémitisme dans le monde musulman. Mais sait-on que ce phénomène doit autant à l’influence des idées occidentales sur les penseurs islamistes qu’à la tradition musulmane elle-même ?

« En toute logique, les musulmans et les juifs auraient dû et pourraient être partenaires. Leurs croyances sont très semblables », écrit à juste titre Tarek Fatah dans son ouvrage provocateur The Jew is Not My Enemy. Et, en effet, dans l’imaginaire des chrétiens occidentaux du moins, les deux religions furent pendant des siècles assimilées. Depuis les théologiens du Moyen Âge jusqu’à Hegel, on appréhenda l’islam comme un simple avatar du judaïsme, l’attitude à l’égard des deux communautés étant généralement hostile. Quoique pas toujours. Les musulmans comme les juifs étaient ainsi admirés des romantiques du XIXe siècle, qui voyaient en eux les détenteurs d’une spiritualité orientale qui avait inspiré et pouvait continuer d’inspirer l’Occident. Quand Juifs et Arabes furent classés dans la même race « sémitique », le terme avait encore souvent valeur de compliment. C’est d’ailleurs en partie en réaction à ce philosémitisme que l’antonyme fut forgé. Et c’est en partie en réaction à l’antisémitisme moderne que le vieux rêve de « retour » des Juifs en Orient s’imposa à travers le ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Le juif n’est pas mon ennemi de Tarek Fatah, McClelland and Stewart, 2011

SUR LE MÊME THÈME

Religion Dans les pas de l’insatiable Égérie
Religion À Vetka, les ombres des vieux-croyants d’antan
Religion Mgr Corneille : « Le Kremlin a enfin cessé de persécuter les vieux-croyants »

Aussi dans
ce numéro de Books