L’ordinateur est né de la bombe H

Contrairement à une idée reçue, l’ordinateur n’est pas le produit de la recherche civile. Il a été conçu au cœur de la guerre froide par un mathématicien violemment anticommuniste, qui a oublié de remercier ses précurseurs et mis son génie au service de l’arme de dissuasion absolue. L’univers numérique a été conçu dans le péché.

L’univers numérique a vu le jour, physiquement parlant, fin 1950 à Princeton, dans le New Jersey, au bout de Olden Lane. C’est en effet à cet endroit et à cette date qu’a commencé de ronronner le tout premier ordinateur véritable – c’est-à-dire un appareil de calcul digital multi-usage, de grande puissance, à programme intégré. Les circuits de l’engin avaient été assemblés à partir de matériel militaire de récupération, dans un bâtiment de ciment à un étage que l’IAS (Institut de recherches avancées) avait bâti à cet effet. La nouvelle machine avait été baptisée MANIAC, l’acronyme de « Mathematical & Numerical Integrator & Computer » (« Calculateur et intégrateur mathématique et numérique »). Et à quoi devait donc servir MANIAC ? Son premier travail fut d’effectuer les calculs nécessaires à la fabrication du prototype de la bombe H. Mission accomplie : l’exactitude de ses résultats a permis la réalisation d’« Ivy Mike », secrètement testée au matin du 1er novembre 1952 sur une île du Pacifique sud, Elugelab, intégralement pulvérisée en même temps que quatre-vingts millions de tonnes de corail. L’un des avions de l’US ...
LE LIVRE
LE LIVRE

La cathédrale de Turing de George Dyson, Pantheon Books, 2012

SUR LE MÊME THÈME

Sciences Faux-semblants statistiques
Sciences Le secret des anguilles
Sciences Le souvenir que la Terre gardera de nous

Aussi dans
ce numéro de Books