Les meilleures ventes en Algérie – Le livre, denrée rare et chère

Faute d’éditeurs et de libraires dans leur pays, les écrivains algériens doivent chercher la reconnaissance en France. Ou au Liban.

En Algérie, les essayistes peuvent se montrer virulents. Célèbre pour ses chroniques dans Le ­Quotidien d’Oran, Kamel Daoud cible aussi bien un régime étouffant que les tenants de l’islam radical (voir Mes indépendances, paru chez Barzakh en Algérie et chez Actes Sud en France). Rêverie nocturne au musée Picasso, à Paris, son dernier livre, Le Peintre dévorant la femme, ne fait pas exception. Devant les toiles cubistes figurant la jeune Marie-­Thérèse Walter, Daoud songe à la représentation du corps nu et livre un développement peu orthodoxe sur la religion et la censure. Parmi les polémistes, mentionnons aussi Rachid Boudjedra, connu pour sa plume vengeresse et son athéisme revendiqué dans un pays où l’islam est la religion d’État. Amin Zaoui interroge dans son œuvre la relation à la sexualité et à la religion. Leur succès reste pourtant relatif, et la contestation qui secoue le pays depuis février ne passe ...

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers De la tendresse dans un monde de brutes
Bestsellers Un virus nommé bêtise
Bestsellers Dans les coulisses de la révolution russe

Aussi dans
ce numéro de Books