Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Michel Foucault sous acide

En 1975, Michel Foucault se rend à l’université de Californie à Berkeley pour y donner une série de conférences. Il y fait la rencontre de Simeon Wade, un jeune historien qui lui voue une admiration fervente. Ce dernier lui fait une drôle de proposition : aller passer un week-end dans la vallée de la Mort pour y faire un trip de LSD. Foucault est partant. Simeon Wade, son compagnon Michael Stoneman et le chef de file de la French Theory passeront deux jours et une nuit dans le désert californien, pour y vivre ce que Foucault décrira comme « l’une des expériences les plus importantes de [sa] vie ».

Après avoir « gobé », ils ont disposé des enceintes acoustiques tout autour d’eux et se sont allongés dans l’une des anfractuosités de Zabriskie Point. Pendant une dizaine d’heures, ils ont observé les étoiles en écoutant des Lieder de Richard Strauss. Foucault en aurait eu les larmes aux yeux et aurait déclaré : « je comprends à présent ma sexualité ».

Foucault essaye le LSD

C’est du moins ce que relate Wade, qui a documenté toute l’expérience et pris note des réflexions du philosophe. Pendant des décennies, il s’est refusé à publier son manuscrit, le jugeant trop sulfureux. Finalement, plus d’un an après sa mort, le texte vient de paraître sous le titre Foucault in California.

Il s’agit du « seul compte rendu connu d’une expérimentation avec des drogues au moins aussi importante que celles conduites par Walter Benjamin et Antonin Artaud. Il offre un précieux aperçu de la personnalité de Foucault avant qu’il ne soit reconnu comme un intellectuel de renommée internationale », commente Eric Bulsom dans The Times Literary Supplement.

Virée psychédélique et philosophie

Dans une interview donnée quelques mois avant sa mort, en 2017, à Boom California, le magazine en ligne de l’université de Californie, Simeon Wade affirme que cette virée psychédélique dans le désert a eu une grande incidence dans l’œuvre de Foucault. Le philosophe lui a confié dans une lettre que cet événement avait « bouleversé sa vie et son travail ». « Il nous a écrit qu’il avait jeté au feu les volumes 2 et 3 de son Histoire de la sexualité, et qu’il devait tout reprendre à zéro », rapporte Wade. Le titre du deuxième volume que Foucault finira par publier en 1984 ? L’usage des plaisirs

 

À lire aussi dans Books : Michel Foucault, crépuscule d’une idole, septembre 2009.

LE LIVRE
LE LIVRE

Foucault in California: [A True Story―Wherein the Great French Philosopher Drops Acid in the Valley of Death] de Simeon Wade, Heyday, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Le travail à l’ère des robots
Lu d'ailleurs Les dangers du consensus scientifique
Lu d'ailleurs Tous égoïstes

Dans le magazine
BOOKS n°98

DOSSIER

Ce que ressentent les animaux

Périscope

La tragédie de l’euro

Art

Quelle était la couleur de la Vénus de Milo ?

par Margaret Talbot

Extraits - Non fiction

« Mon nom est Charles Manson »

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.