Notre monde de science-fiction
par Emmanuel Todd

Notre monde de science-fiction

Pour tenter de comprendre ce qui se passe dans nos têtes, il faut lire ou relire Ubik, le grand roman de Philip K. Dick. Comme ses personnages, nous avons perdu le sens du réel. Comme eux, nous nous prenons pour ce que nous ne sommes pas.

Publié dans le magazine Books, décembre 2018/ janvier 2019. Par Emmanuel Todd
Tout chercheur et scientifique qui se respecte devrait connaître Philip K. Dick. J’irai plus loin : toute personne voulant comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans le monde devrait au moins avoir lu Ubik, son chef-d’œuvre. Qu’on me permette de ­m’expliquer par un petit détour. J’ai appris l’anglais en lisant de la science-fiction. Je préparais une thèse d’histoire outre-Manche, où les week-ends peuvent être longs. L’objectif de mes samedis était donc de me procurer suffisamment de romans de science-fiction pour ­tenir jusqu’au lundi. Si je devais retenir deux œuvres cultes découvertes pendant cette période – celles dont je rendrais la lecture obligatoire si j’étais maître de conf’ à Sciences-Po –, ce seraient Quand les ­ténèbres viendront, d’Isaac Asimov, et Je suis une légende, de Richard ­Matheson (1). Le premier, pour des raisons personnelles. Je ne vais pas en raconter l’intrigue, je préfère la laisser découvrir. Je dirai simplement que j’y ai toujours vu une métaphore du destin du peuple juif. Un peuple qui fait partie de l’histoire mais qui ne comprend jamais l’histoire ni les malheurs qui lui arrivent inlassablement. C’est une nouvelle sublime. Dans Je suis une légende, le héros est seul dans un monde où tous les êtres humains sauf lui ont été transformés en vampires par un virus. La nuit, il se barricade chez lui. La journée, il se bat et tue le plus de vampires possible. Le lecteur est avec lui, tremble pour lui, mais à la fin on se rend compte que, certes, un virus a…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire