L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

La nature, cette hallucination collective

Ramón del Castillo sait qu’en publiant El jardín de los delirios, il ne va pas se faire que des amis. Ce professeur espagnol de philosophie entreprend avec un certain cynisme de réévaluer notre mode de relation à la nature. « L’auteur critique le mouvement écologiste teinté de morale qui sacralise la nature » commente Paula Corroto dans le quotidien en ligne El Confidencial. Et pour ce faire, il s’appuie sur « différents penseurs de l’écologie qui ont critiqué ce mouvement depuis les années 1970 jusqu’à nos jours, où le néoruralisme est devenu une mode ».

La nature n’existe pas

Pour del Castillo, c’est bien simple, la nature n’existe pas. L’idée que nous en avons relève du fantasme. Nous la rêvons harmonieuse et intacte, mais les parcs que nous fréquentons et les forêts dans lesquelles nous allons nous promener pour nous « ressourcer » sont des produits de nos sociétés industrielles comme les autres. En fait, avec l’avènement du capitalisme vert, il ne s’agit plus tant de dominer la nature que de la produire, soutient del Castillo.

Pour lui, le grand problème de l’écologie, c’est qu’elle entretient notre conception idéalisée de la nature comme entité pure et radicalement autre, à laquelle nous devons nous unir de nouveau. « Les discours que nous tiennent la plupart des écologistes ont une dimension quasi éthique et religieuse, avec examen de conscience d’un péché vert, confession et intention de s’amender. L’écologie se pratique comme un culte. Et le culte de la Nature s’accroît à mesure que décroît le culte de l’humanité », explique del Castillo dans le quotidien El Mundo.

Le problème de l’écologie

Sa thèse provoque bien des grincements de dents, aussi l’auteur s’empresse-t-il de préciser à El Confidencial : « Je suis contre certaines formes d’écologie, mais je ne considère pas que l’ensemble du mouvement écologiste est une idiotie ». C’est avec un peu moins de nuance, toutefois, qu’il blâme les néoruraux, ces individus qui aspirent à quitter les villes pour « aller lire Thoreau en chemise de bûcheron dans une cabane ».

LE LIVRE
LE LIVRE

El jardín de los delirios. Las ilusiones del naturalismo de Ramón del Castillo, Turner, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Dans la tête de Kim Jong-Un
Lu d'ailleurs Femmes, arabes, journalistes
Lu d'ailleurs Robert Johnson, vie et mort d'un bluesman

Dans le magazine
BOOKS n°100

DOSSIER

Du bon usage de l'esprit critique

Chemin de traverse

16 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Esprit critique, es-tu là ?

par Olivier Postel-Vinay

Philosophie

L’esprit critique comme obscurantisme

par Marcel Gauchet

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.