Nazi kitsch

Nazi kitsch

En Allemagne, on ne peut pas faire n’importe quoi avec la Seconde Guerre mondiale. Même en roman.

Publié dans le magazine Books, mai 2019.
Cela faisait longtemps qu’un roman n’avait pas déclenché une telle polémique outre-Rhin ni fait couler autant d’encre. Le grand hebdomadaire Die Zeit, par exemple, lui a consacré près d’une page entière dans quatre numéros successifs. D’abord pour dire qu’il s’agissait d’un mauvais roman, ensuite pour affirmer qu’il n’aurait jamais dû être écrit et encore moins publié, puis pour s’interroger sur le rapport inquiétant au passé dont il est le reflet et enfin pour annoncer qu’un tribunal pourrait bien le faire interdire. Même son de cloche scandalisé ou consterné au Süddeutsche Zeitung et au Frankfurter Allgemeine Zeitung, en Allemagne, et au Neue Zürcher Zeitung, en Suisse. Cette indignation est d’autant plus remarquable que le roman en question est signé d’un journaliste du Spiegel, Takis Würger, et que, en Allemagne comme ailleurs, on évite d’éreinter l’ouvrage d’un confrère. Stella évoque librement Stella Goldschlag, une juive allemande qui a réellement existé et qui, pendant la Seconde Guerre mondiale,…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire