Peut-on tuer Freud ?
par Louis Menand

Peut-on tuer Freud ?

L’œuvre et la personne de Freud ont fait l’objet d’innombrables études critiques. Les plus sévères d’entre elles sont souvent justifiées. Pour certains, sa théorie est tout simplement nulle et non avenue. Comment expliquer, dès lors, que les idées du père de la psychanalyse fassent encore partie intégrante de notre culture ?

15775-1f1090 Publié dans le magazine Books, janvier/février 2018. Par Louis Menand

© Library of Congress

Sigmund Freud (ici vers 1910) s'est forgé une image de pionnier solitaire soigneusement entretenue par ses disciples, parmi lesquels son premier biographe, le Gallois Ernest Jones.

Sigmund Freud faillit ne pas ­pouvoir quitter Vienne en 1938. Il partit le 4 juin, par l’Orient-Express, trois mois après l’entrée des troupes allemandes dans la ville. La persécution des juifs viennois avait commencé dès mars – Edward R. Murrow, présent à Vienne pour la radio CBS, fut le témoin oculaire du pillage des maisons juives –, mais Freud refusait d’écouter ses amis qui le suppliaient de fuir. Il changea d’avis lorsque sa fille Anna fut arrêtée et interrogée par la Gestapo. Il put faire sortir une partie de sa famille, mais ­laissa sur place quatre de ses sœurs. Elles moururent toutes dans les camps, l’une de faim à Theresienstadt, les autres probablement dans les chambres à gaz à Auschwitz et à Treblinka. Freud se réfugia à Londres, et des amis l’aidèrent à s’installer dans une grande maison à Hampstead, qui abrite à présent le musée Freud. Le 28 janvier 1939, ­Virginia et Leonard Woolf vinrent prendre le thé. Fondateurs et propriétaires de Hogarth Press, ils étaient les éditeurs de Freud depuis 1924. Hogarth publierait plus tard les 24 volumes de la traduction anglaise des œuvres de Freud, sous la direction éditoriale d’Anna Freud et de James Strachey – ce qu’on appelle dans le monde anglophone « l’Edition standard ». Ce fut la seule rencontre entre les Woolf et Freud. L’anglais était l’une des nombreuses langues que Freud maîtrisait. À Hampstead, la BBC réalisa le seul enregistrement qui existe de lui. Mais il avait 82 ans et souffrait d’un cancer…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire

NOUVEAU ! Découvrez le Books du jour !
Chaque matin, un nouveau livre chroniqué dans votre boîte email.