Les parents ne servent à rien
par Les parents ne servent à rien
Temps de lecture 1 min

Les parents ne servent à rien

Écrit par publié le le 11 mai 2018

Champ de batailles, extrait © Iskra

Dans Champ de batailles, documentaire en salle depuis mercredi, le réalisateur Edie Laconi suit quatre jeunes qui apprennent à devenir parents avec l’appui de l’aide sociale à l’enfance.

Lorsque s’accumulent les facteurs de risque – pauvreté, divorce, faible niveau culturel, environnement rudimentaire –, un style d’éducation trop autoritaire ou trop négligent peut influencer la personnalité et l’avenir d’un enfant, estime la psychologue américaine Judith Rich Harris. Mais dans Pourquoi nos enfants deviennent ce qu’ils sont, elle assure qu’hors cas extrêmes (maltraitance, abandon ou attentes démesurées), la classe sociale, l’implication des parents et la structure familiale, ont, « une répercussion à peu près nulle sur l’intelligence, la personnalité et les troubles mentaux de l’enfant ».

Harris cite un monceau d’études attestant que les traits de personnalité sont fortement déterminés par l’héritage génétique. Les gènes sont à peu près pour moitié responsable du caractère. Pour certaines qualités, comme l’intelligence, la part de l’hérédité est un peu plus importante, pour d’autres, comme la timidité, moindre. Et si l’environnement est l’autre responsable du caractère d’un enfant, celui-ci ne se limite pas aux parents, bien au contraire. Les pères et mères ne sont pas les premiers agents socialisants. Ceux qui forgent le caractère d’un jeune sont ses pairs, ses amis, ses camarades de classe, les enfants des voisins…

Les jeunes n’ont pas à adopter les comportements de leurs parents puisqu’ils portent déjà leurs gènes. Du point de vue de l’évolution, cela n’aurait pas de sens. Ils doivent avoir la flexibilité nécessaire pour s’adapter à des conditions de vies différentes. Harris rappelle que les enfants d’immigrants adoptent la langue et l’accent de leurs camarades autochtones. Ainsi, les parents ne peuvent pas faire de leurs rejetons de « bonnes personnes », explique-t-elle. Un enfant respectueux à la maison peut voler et tricher à l’école si c’est ce que font ces camarades. Et inversement.

A lire aussi dans Books : L’insoutenable bonheur d’être parent, mai 2014.

0
Commentaire

écrire un commentaire