La Partition des Indes, une plaie à vif
par William Dalrymple

La Partition des Indes, une plaie à vif

En 1947, quelques heures seulement après le départ des Britanniques, le sous-continent indien s’embrase. La naissance de l’Inde et du Pakistan s’accompagne de massacres d’une violence inouïe et d’un exode sans précédent. Soixante-dix ans plus tard, la géopolitique de l’Asie de Sud en garde encore les séquelles.

 

Publié dans le magazine Books, mai / juin 2017. Par William Dalrymple

© Universal History Archive / UIG / Getty

Un camp de réfugiés à New Delhi, en 1947. La Partition a déclenché l’un des mouvements de population les plus importants de l’histoire de l’humanité.

En août 1947, lorsque les Britanniques quittent enfin l’Inde après trois cents ans de présence, le sous-continent est divisé en deux États-nations indépendants : l’Inde, majoritairement hindoue, et le Pakistan, majoritairement musulman. Commence alors l’un des mouvements de population les plus importants de l’histoire de l’humanité : des millions de musulmans se mettent en route vers le Pakistan occidental et le Pakistan oriental (qui correspond au Bangladesh actuel), tandis que des millions d’hindous et de sikhs entreprennent le trajet inverse. Des centaines de milliers d’entre eux ­n’arriveront jamais à destination. Des communautés qui ont coexisté près de mille ans s’affrontent soudain dans une explosion de violence religieuse qui oppose hindous et sikhs d’un côté et musulmans de l’autre. Un génocide mutuel totalement imprévu car sans précédent. C’est au Pendjab et au Bengale, respectivement limitrophes du Pakistan occidental et oriental, que se déroulent les pires atrocités – massacres, incendies, conversions forcées, enlèvements massifs, agressions sexuelles féroces. Quelque 75 000 femmes sont violées, nombre d’entre elles défigurées ou muti­lées. « Des bandes de tueurs mettent le feu à des villages entiers ; ils se livrent à un carnage sur les hommes, les enfants et les vieillards, et ils kidnappent les jeunes femmes pour les violer », écrit le journaliste Nisid Hajari dans son dernier livre, Midnight’s Furies, une enquête historique haletante sur la Partition et ses conséquences. « D’après des soldats britanniques et des journalistes qui ont vu les camps de la mort nazis, les exactions liées à la Partition apparaissent encore pires », poursuit-il. En 1948, à l’issue du grand…

Découvrez la Booksletter !

Inscrivez-vous à la Booksletter et bénéficiez d'un mois d'abonnement Web gratuit !
Déjà abonné ? connectez-vous !
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire