La plus grande chanson de Toni Morrison

La « première dame des lettres américaines » rassemble quarante ans d’écrits sur la littérature, la langue, l’histoire et le racisme. Des analyses pénétrantes qui confirment sa stature intellectuelle.


© Michael Lionstar

« Comme Ella Fitzgerald, Toni Morrison a mis chaque once de son immense talent au service du rêve américain. » Ici en 2012.

Un nouveau livre de Toni Morrison est toujours un événement. Et son ­recueil de textes de non-fiction The Source of Self-Regard (« La source de l’estime de soi ») n’a pas dérogé à la règle. Dans The New York Times, James McBride consacre à la « première dame des lettres » un article enthousiaste qui relève autant de l’hommage que de la critique au sens habi­tuel du terme. L’auteure de Belo­ved (10/18, 2008) « donne des conférences et écrit des ­articles sur des sujets sociétaux et culturels brûlants depuis plus de quarante ans », lit-on dans la revue Kirkus, et elle était « une figure ­intellectuelle de premier plan avant même de recevoir le ­Nobel de littérature en 1993 ». En témoigne son précédent livre, L’Origine des autres (Christian Bourgois, 2018), un essai sur la question noire, la peur, les frontières, l’appartenance. Ces thèmes-là hantent son œuvre comme ils hantent les États-Unis, brouillant les frontières entre intime et politique. Musicien de jazz et écrivain, ­auteur notamment de L’Oiseau du Bon Dieu (Gallmeister, 2015), afro-américain comme Morrison, James ...
LE LIVRE
LE LIVRE

The Source of Self-Regard: Selected Essays, Speeches and Meditations de Toni Morrison, Knopf, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers La révolution de 1821, le récit des origines
Bestsellers Le temps des questionnements
Bestsellers Mères malgré elles

Aussi dans
ce numéro de Books