La plus vieille danse
Temps de lecture 1 min

La plus vieille danse

Écrit par La rédaction de Books publié le 2 novembre 2018

Pour son film Le grand bal, la documentariste Laetitia Carton a posé sa caméra à Gennetines, dans l’Allier, au milieu des milliers de participants du festival annuel de danse traditionnelle. En filmant ainsi des personnes dansant la pizzica, la bourrée ou la mazurka, elle prend en quelque sorte la suite de nos ancêtres du néolithique qui aimaient dessiner des scènes de danse. C’est le seul type d’échange entre humains que l’on trouve dans l’art de cette époque, relève l’archéologue israélien Yosef Garfinkel dans Dancing at the Dawn of Agriculture. Entre 7 000 ans et 3 000 ans avant notre ère, les personnages gravés dans la pierre ou sur les poteries ne semblent ni discuter, ni chanter, ni partager de repas. En revanche, ils dansent. Garfinkel a examiné 400 scènes de ce type retrouvées sur une centaine de sites. L’artefact le plus ancien est une vasque de pierre découverte dans le sud de la Turquie. Trois figures humaines y font face au spectateur les jambes écartées, les bras en l’air. Elles auraient été gravées il y a environ 9 000 ans, comme ces quatre figures humanoïdes se tenant par la main retrouvées sur une pierre en Jordanie. Elles ont un long cou et un visage étrange, qui fait dire à Garfinkel qu’elles portent un masque.

Des scènes de ce genre figurent sur des artefacts trouvés un peu partout dans le monde, du Pakistan à la plaine du Danube, en passant par le Moyen-Orient. Selon Garfinkel, c’est la preuve du rôle qu’a joué la danse dans l’évolution des sociétés humaines. Danser était essentiel dans les premières communautés agricoles. Contrairement aux chasseurs-cueilleurs, elles devaient attendre (le moment de la récolte) pour obtenir le fruit de leur travail. Les fêtes et les cérémonies permettaient d’assurer la cohésion de la communauté. Presque toutes les représentations de danseurs dépeignent des groupes dont la plupart sont en cercle.

À lire aussi dans Books : Le vieil homme et la danse, mai 2009.

0
Commentaire

écrire un commentaire