Quand la pornographie tenait salon

Sulfureuse, émoustillante et scandaleuse, la littérature érotique et pornographique du XVIIIe siècle avait aussi une fonction politique. Diffusée sous le manteau, elle servait à ridiculiser les aristocrates et les prélats, à propager les idées des Lumières et même à dénoncer la domination masculine.

Il manque, dans le débat contemporain sur la pornographie, cet élément que l’on peut appréhender à travers une formule puisée dans Claude Lévi-Strauss : le sexe est bon pour la réflexion. Dans La Pensée sauvage et d’autres textes, l’ethnologue affirme que de nombreux peuples ne pensent pas à la manière des philosophes, en manipulant des abstractions. Ils pensent avec du concret – les réalités de la vie quotidienne, comme l’aménagement de la maison et les tatouages, ou des objets imaginaires tirés du mythe et du folklore. Tout comme certaines matières sont bonnes à travailler, certaines choses sont particulièrement bonnes à penser. On peut en tirer des schémas, qui révèlent des relations insoupçonnées et clarifient des frontières. Le sexe, c’est ma thèse, est l’une de ces choses. À mesure qu’elle se fraye un chemin dans les schémas culturels, la connaissance charnelle offre une inépuisable matière à réflexion, surtout lorsqu’elle apparaît sous forme de narration : plaisanteries salaces, vantardise masculine, potins de femmes, chansons grivoises et romans érotiques. Le sexe n’y est pas seulement ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Romans libertins du XVIIIe siècle de Raymond Trousson, Robert Laffont

SUR LE MÊME THÈME

Littérature Bambi, l’improbable succès d’une histoire glauque
Littérature « Mon métier, c’est la critique »
Littérature L’origine du monde, revue et décolonisée

Aussi dans
ce numéro de Books