Quand l’Iran avait des mœurs libres
Temps de lecture 1 min

Quand l’Iran avait des mœurs libres

Écrit par La rédaction de Books publié le 6 octobre 2017

Dans son film d’animation, Téhéran Tabou, Ali Soozandeh énumère les fardeaux qui pèsent sur l’intimité des Iraniens et des Iraniennes. Cette conception très stricte de la sexualité qui règne aujourd’hui dans le pays n’a rien de traditionnel, rappelle l’historienne iranienne en exil Janet Afary dans Sexual Politics in Modern Iran. C’est le mouvement de modernisation, apparu avec la révolution constitutionnelle de 1906, qui a modifié les mœurs. Alors que l’Iran se montrait jusque-là tolérant en ce qui concerne la sexualité et valorisait même l’homosexualité, certains « modernes » ont importé les discours venus d’Occident sur le genre et le sexe.

La feuille satirique Molla Nasreddin publiée entre 1906 et 1931 a été ainsi le premier journal du monde musulman chiite à défendre la norme hétérosexuelle. Servant de modèle à plusieurs autres publications, son discours a façonné durablement le débat. D’éminents partisans de la révolution de 1906 en ont profité pour montrer du doigt des personnalités politiques de premier plan en raison de leur sexualité.

Quand Reza Kahn s’autoproclame shah en 1925, il s’efforce d’interdire l’homosexualité. « Le vrai patriote devait changer d’orientation sexuelle et délaisser les garçons pour les femmes, affirmaient haut et fort les grandes figures politiques et intellectuelles de l’époque » écrit Afary. Elle ajoute que « la plupart des défenseurs des droits des femmes souscrivaient à ce projet car il encourageait l’amour hétérosexuel et monogame dans le mariage ».

Les allusions à l’amour homosexuel sont peu à peu éliminées des manuels scolaires et même des nouvelles éditions de textes classiques. La censure a effacé toute cette partie de la mémoire collective. L’hostilité à l’homosexualité a alors pu jouer un rôle important dans la révolution de 1979, ce qui explique en partie la virulence de la répression actuelle.

A lire dans Books : L’homophilie oubliée de la société iranienne, décembre 2011.

0
Commentaire

écrire un commentaire