Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

« La réalité d’être coincé dans une tête »

Un monologue courant sur plus de 1 000 pages, sans quasiment ni paragraphe ni point. Ducks, Newburyport, le nouveau roman de l’écrivaine britannique Lucy Ellmann, qui figure parmi les finalistes du Booker Prize, se compose d’une phrase unique. Ou presque. Il s’autorise seulement quelques digressions écrites du point de vue d’une lionne des montagnes.

Cette très longue phrase est une liste d’idées, séparées par des virgules et commençant par l’expression « le fait que ». Elle est parfois ponctuée par ce qui semble être des émanations aléatoires de l’esprit du narrateur, chansons entêtantes y compris. «Notre cerveau travaille continuellement, exploitant souvenirs, rêves, images, extraits de films et de livres qui remontent à la surface et interrompent le flux de nos pensées, souligne la romancière Alex Preston dans The Observer. Ducks, Newburyport essaye de capturer la réalité de ce que c’est d’être coincé dans une tête.»

Dans la tête d’une Américaine moyenne

Et en l’occurrence la tête d’une Américaine d’âge moyen vivant dans l’Ohio. Ancienne professeur d’université, cette mère de quatre enfants a monté son petit business de vente de tartes maison. Son esprit jongle avec mille choses : son mari, son ex-mari, sa progéniture, ses rêves, son cancer, le changement climatique, des recettes de gâteaux, les impôts, « le fait qu’Emily Dickinson ne savait pas lire l’heure », les scénarios des films de Harrison Ford, le viol, le mot « hydrangea », le massacre des Indiens d’Amérique… et « le fait qu’on accorde peut-être aujourd’hui trop d’importance aux faits, ou peut-être qu’il y a simplement trop de faits ».

Depuis la fin des années 1980, Lucy Ellmann a publié une demi-douzaine de romans très étranges, riches en flots de pensées tortueux et en jeux de mots. Avec Ducks, Newburyport, refusé par Bloomsbury son éditeur historique, elle « défend un certain type de roman moderniste « Et pousse la description d’un flot de conscience jusqu’à ses limites », précise Alex Preston.

 

À lire aussi dans Books : Le problème de la conscience reste entier, octobre 2011

LE LIVRE
LE LIVRE

Ducks, Newburyport de Lucy Ellmann, Biblioasis, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Peut-on simuler la folie ?
La mauvaise image des Espagnols : c’est la faute à Voltaire !
Jumelles grammaticales

Dans le magazine
BOOKS n°102

DOSSIER

Vieillir... mais comment et jusqu'où ?

Jadis & naguère

Portrait du tyran en enfant malheureux

par Jean-Louis de Montesquiou

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Histoire

Les États-Unis doivent leur naissance au rhum

par Wolfgang Lechner

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.