Réhabiliter le traité de Versailles

Réhabiliter le traité de Versailles

Le traité qui a soldé la Grande Guerre a été instrumentalisé par l’extrême droite allemande.

Publié dans le magazine Books, avril 2019.
Signé en 1919 entre les vainqueurs de la Première Guerre mondiale et l’Allemagne, le traité de Versailles a mauvaise réputation. Les conditions imposées au vaincu, bien trop strictes, ­auraient contenu les germes d’un inévitable conflit futur. Sauf qu’en réalité ce traité tant décrié n’était pas si mauvais, ­estime l’historien Eckart Conze dans Die grosse Illusion. Certes, les clauses du traité n’étaient pas tendres, mais parler d’une « paix carthaginoise », comme on n’a cessé de le faire dès 1919, est très exagéré. « En dépit de toutes les amputations de territoire et de toutes les répa­rations, de tous les affai­blissements économiques et de toutes les restrictions militaires, l’Alle­magne restait non seulement un État, mais, contrairement à ce qui se passera en 1945, une puissance européenne et une grande puissance potentielle », écrit-il dans l’hebdomadaire Die Zeit. Définitivement démem­brés, l’Empire ottoman et l’Empire austro-­hongrois ne pouvaient en…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire