Risible désamour

Les histoires d’amour finissent mal en général, et celle que conte l’Espagnol Luis Landero dans son dernier roman ne fait pas exception.

«L’une des nombreuses qualités de cet écrivain, c’est que, dans un pays aussi polarisé que le nôtre, le profil de ses lecteurs est incroyablement varié. Pour le dire vite : dans aucune mairie la décision de lui dédier une rue ne ferait débat. » Tel est le portrait flatteur que dresse le journal en ligne Voz­pópuli du romancier espagnol Luis Landero. Né en 1948 dans une famille de paysans d’Estrémadure, Landero est venu à l’écriture sur le tard. Depuis la publication de son premier roman, Les Jeux tardifs de l’âge mûr (Gallimard), en 1989, il s’est progressivement imposé comme l’une des grandes plumes de son pays. L’année 2019 marque sa consécration : Lluvia fina a remporté un énorme succès en Espagne avec neuf rééditions et quelque 60 000 exemplaires vendus en moins d’un an. Fort de ce triomphe, Luis Landero revient sur le devant de la scène littéraire avec Una historia ridícula, une tragi­comédie qui narre les (més)aven­tures de Marcial, personnage aussi horripilant ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Una historia ridícula de Luis Landero, Tusquets, 2022

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Le grand refoulement
Bestsellers John Donne, poète rock’n’roll
Bestsellers Dans la bulle sensorielle des animaux

Aussi dans
ce numéro de Books