Romain Gary en boucle
Temps de lecture 1 min

Romain Gary en boucle

Écrit par La rédaction de Books publié le 22 décembre 2017

© Julien Panié

La Promesse de l’aube, dont l’adaptation sur les écrans est sortie cette semaine, a été publié dans deux versions différentes par Romain Gary. L’écrivain était un amoureux des répétitions comme le souligne le professeur de littérature David Bellos, auteur de Romain Gary : A Tall Story. « La répétition relève d’une conception particulière de la littérature », assure-t-il dans un article intitulé « La répétition chez Romain Gary ».

L’écrivain jouait ainsi des rééditions, des révisions et des mises à jour pour remettre ses ouvrages sur les étals des libraires. Pour autant, Bellos estime que cette pratique ne relève pas d’une stratégie éditoriale, ni d’un manque de créativité, mais est au fondement de son œuvre. La littérature pour Gary sert à créer des légendes et le propre des légendes est d’être répétées.

L’écrivain employait d’ailleurs plus d’une technique. Il modifiait un ou plusieurs des quatre éléments fondamentaux de l’identité de ses textes (titre, nom de son auteur, langue de publication et genre littéraire). Ses livres ne sortaient ainsi que rarement indemnes d’un processus de traduction. Les changements étaient réintégrés dans une nouvelle édition de l’ouvrage dans la langue d’origine, comme ce fut le cas pour Lady L. et La Danse de Gengis Cohn. Il lui est aussi arrivé de réécrire le même texte dans la même langue mais sous un titre et un nom d’auteur différent. L’homme à la colombe de Josco Sinibaldi n’est autre qu’une nouvelle version de Tulipe signé Romain Gary. A partir de six romans (Éducation européenne, Les Couleurs du jour, Lady L., La Danse de Gengis Cohn, White Dog, Adieu Gary Cooper), l’écrivain a produit 17 publications sous 11 titres différents en deux langues, et ce sans compter les titres traduits littéralement. Ce « tic » de répétition est présent à l’intérieur même des textes. Il n’est pas rare de trouver des phrases similaires à deux pages d’intervalle. Quant aux Racines du Ciel, le roman pour lequel Gary a reçu le prix Goncourt, il raconte d’innombrables versions de la même histoire.

 

A lire dans Books : La vie devant soi, mode d’emploi, mars 2011.

0
Commentaire

écrire un commentaire