Soutenez l’esprit critique ! Participez à la campagne pour financer notre numéro 100 exceptionnel !

Salauds d’Anglais

La guerre menée par les forces de Vichy contre les Anglais fut beaucoup plus rude qu’on ne s’en souvient habituellement. Sait-on qu’à Madagascar, en 1942, les Britanniques mirent cinq mois à venir à bout de l’armée française ? À Dakar, en septembre 1940, les navires français repoussèrent victorieusement la flotte anglaise. En Syrie, en 1941, les avions français aidèrent efficacement la Luftwaffe. Le pilote Pierre Le Gloan, un as, abattit cinq avions anglais. En progressant en Syrie, les troupes britanniques trouvèrent ce graffiti sur un mur : « Attendez un peu, salauds d’Anglais, que les Allemands arrivent. Nous fuyons, bientôt ce sera votre tour. » En novembre 1942, les forces françaises tuèrent 1 500 soldats américains lors du débarquement en Afrique du Nord. Dès le lendemain de Dunkerque, les Anglai
s surent à quoi s’en tenir : la plupart des soldats français qu’ils avaient sauvés du siège en mai-juin 1940 demandèrent leur rapatriement en France après l’armistice. La hache de guerre fut déterrée en juillet 1940, quand un commando anglais arraisonna le sous-marin Surcouf, mouillé à Davenport. La bataille s’acheva à la baïonnette. Churchill, pas convaincu par les promesses de Pétain de laisser la flotte hors de portée d’un contrôle allemand ou italien, bombarda les navires français à Mers el-Kébir en juillet 1940, tuant près de 1 300 marins. La haine de l’Anglais était désormais solidement enracinée. Elle ravivait le souvenir de quantité de batailles passées. Y compris au sommet de la hiérarchie : l’amiral Darlan avait un ancêtre tué à Trafalgar. Ces sentiments étaient alimentés par la conviction, pendant les deux premières années de la guerre, que les Allemands finiraient par l’emporter. Pour Colin Smith, journaliste de guerre devenu historien, la résistance française fut facilitée par le fait qu’une bonne partie des troupes qui firent le coup de feu étaient composées de mercenaires. Beaucoup d’autres étaient simplement acquis à l’idée de défendre leur pays, dirigé par le vainqueur de Verdun. Une sombre histoire, racontée avec talent et précision, rapportent Christopher Silvester dans le Telegraph et l’historien Max Hastings dans le Sunday Times.  
Colin Smith, England’s Last War Against France. Fighting Vichy 1940-1942 (« La dernière guerre de l’Angleterre contre la France. La lutte contre Vichy, 1940-1942 »), Weidenfeld & Nicholson, 2009.
LE LIVRE
LE LIVRE

La dernière guerre de l’Angleterre contre la France. La lutte contre Vichy, 1940-1942, Weidenfeld & Nicholson

SUR LE MÊME THÈME

Francophilies Les « gilets jaunes » sont-ils « le peuple » ?
Francophilies Napoléon, un homme (presque) ordinaire
Francophilies Diderot, le plus incorrect des penseurs français

Dans le magazine
BOOKS n°98

DOSSIER

Ce que ressentent les animaux

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Du grain à remoudre

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

La plus grande chanson de Toni Morrison

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.