Survivre en dix leçons

Survivre en dix leçons

Dans la perspective d’une catastrophe climatique, faites des confitures.

Publié dans le magazine Books, mai 2019.
Il y a un an, plus de la moitié des Tchèques doutaient de la réalité du réchauffement climatique, selon un sondage de l’institut de sociologie de l’Académie des sciences, ce qui faisait de ce pays d’Europe centrale le plus climatosceptique du continent. Les réfugiés ou un attentat de l’organisation État islamique figuraient en tête des préoccupations, selon une enquête de l’agence Media réalisée pour la radio publique. Depuis, tout a changé. La République tchèque a connu une longue période sans précipitations – sucho (« sécheresse ») a été élu « mot de l’année 2018 » à l’issue de la traditionnelle enquête du quotidien Lidové Noviny. « Par rapport aux années précédentes, l’attention portée aux menaces environnementales et à leurs conséquences sur les récoltes et les déplacements de population a significativement augmenté, analyse le sociologue Daniel Prokop sur le site de Radio Prague. En 2017, seuls 38 % des sondés y voyaient un problème majeur. Ils sont à présent 52 %. » Selon le psychologue Jan Krajhanzl, le comportement des Tchèques est en train de changer : ils s’installent…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire