Le site est en chantier pour vous permettre de retrouver toutes vos fonctionnalités.

Tous cannibales

Personne ne fait revenir son voisin aux petits oignons avec une pointe de piment. Et pourtant, manger un membre de sa propre espèce est totalement ­naturel, explique le biologiste Bill Schutt. Chez les invertébrés, c’est même la règle plutôt que l’exception. Pour les autres, c’est tout à fait ­commun. Tout le monde connaît les ­petites habi­tudes de la mante religieuse. Mais le requin-­taureau ou la limace-­banane n’ont pas plus d’égards pour leurs ­semblables.

« Chez les animaux, le cannibalisme peut offrir des avantages évolutifs pour faire face à des ­problèmes que Schutt résume ainsi : trop d’enfants, pas assez de place, trop de mâles, pas assez de nourriture », souligne Bee Wilson dans The Guardian.

Les humains eux-mêmes ne s’entre-dévorent pas uniquement quand ils n’ont rien d’autre à se mettre sous la dent. Un livre de cuisine de la dynastie chinoise Yuan présente les diverses ­façons d’accommoder la viande ­humaine, des mets raffinés pour les aristocrates de l’époque. Il était aussi de coutume pour les jeunes Chinois de couper un morceau d’eux-mêmes (dans la cuisse ou le bras) pour le servir en soupe à leurs aînés. Dans les Caraïbes, on mangeait parfois ses ennemis pour absorber leur force ou leur courage.

« Ce livre, en fait, m’a redonné foi en l’humanité, assure Sy Montgomery dans The New York Times. C’est bon de savoir que, pour ce qui est de ce comportement particulier, au moins, les humains ne sont pas plus horribles, ou formidablement surprenants, que n’importe quelle autre espèce. » D’autant plus que, pour Schutt, ces pratiques touchent toutes les parties du globe, y compris l’Occident : aux États-Unis, des mères goûtent bien à leur placenta (d’un grand intérêt nutritif) pour se remettre d’un accouchement. Et en Europe, à la Renaissance, des morceaux de corps humain servaient à faire des décoctions médicinales tandis que le sang était consommé pour traiter l’épilepsie.

LE LIVRE
LE LIVRE

Cannibalism : A Perfectly Natural History de Bill Schutt, Algonquin Books of Chapel Hill, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Périscope La Slovaquie en face
Périscope Un emploi du temps chargé
Périscope Chroniques du Kerala

Aussi dans
ce numéro de Books

Tous cannibales

Si l’homme est un loup pour l’homme, tout ça reste en dehors de la cuisine. Personne ne fait revenir son voisin avec des petits oignons et une pointe de piment. Et pourtant, le cannibalisme est totalement naturel, explique le biologiste Bill Schutt dans Cannibalism : A Perfectly Natural History.

Chez les invertébrés (qui représentent 95% de la vie animale), c’est même la règle plutôt que l’exception. Et dans les 5% restants, c’est tout à fait commun. Tout le monde connaît les petites habitudes de la mante religieuse. Mais le requin taureau ou la limace banane n’ont pas plus d’égards pour leurs proches.

Et même les humains ne s’entredévorent pas uniquement quand ils n’ont rien d’autre à se mettre sous la dent. Un livre de cuisine de la dynastie chinoise Yuan présente ainsi les diverses façons de préparer la viande humaine, des mets raffinés pour les aristocrates de l’époque. Et ce n’est là qu’un exemple, le goût pour le cuissot du voisin, assure Bill Schutt, est bien plus répandu qu’on ne le pense.

A lire aussi : Du bon usage du cannibalisme, Books, mars 2011.

 

Chaque matin, la rédaction de Books vous propose de découvrir un livre « lu d’ailleurs » directement dans votre boîte email. Inscrivez-vous gratuitement à la Quotidienne.

LE LIVRE
LE LIVRE

Cannibalism : A Perfectly Natural History de Bill Schutt, Algonquin Books of Chapel Hill, 2017

SUR LE MÊME THÈME

Books renaît !
Royaume-Uni : bataille inégale entre pro et anti-éoliens
Le coût exorbitant des éoliennes flottantes

Dans le magazine
BOOKS n°111

DOSSIER

La tentation autocratique

Chemin de traverse

14 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

« Books » fluctuat nec… ?

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Kundera ou l’éternel débat

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.