Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Lu d'ailleurs
Temps de lecture 1 min

Le travail à l’ère des robots

Qu’ont en commun les chauffeurs de taxi, les journalistes, les médecins et les réceptionnistes ? Ils seront parmi les premiers à être remplacés par des robots. C’est du moins ce que soutient le journaliste argentin Andrés Oppenheimer dans son dernier ouvrage Sálvese quien pueda. Lauréat d’un prix Pulitzer et chroniqueur pour The Miami Herald, Oppenheimer s’est lancé dans une enquête qui dura cinq ans après avoir entendu un chiffre préoccupant : 47% des emplois risquaient de disparaître dans les quinze prochaines années, affirmaient deux économistes d’Oxford dans une étude publiée en 2013. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce chiffre ne concerne pas que les États-Unis ou les pays les plus industrialisés. Le taux d’emplois menacés est bien plus élevé en Amérique latine, souligne Oppenheimer, parce que ces pays concentrent davantage d’emplois dans l’industrie manufacturière où il est aisé de remplacer les ouvriers par des machines.

Vivre avec les robots

La question principale soulevée par Oppenheimer est la suivante : pourrons-nous, à l’avenir, créer plus d’emplois que nous en détruisons ? Pour y répondre, il a opté pour le « modus operandi qu’il avait déjà utilisé pour ses trois livres précédents : se rendre dans les plus grands instituts de recherche et interviewer les principaux spécialistes pour en tirer ses propres conclusions », commente Bernabé Sarabia dans le magazine El Cultural. Son enquête l’a mené d’un bout à l’autre de la planète : il a visité des hôtels tenus par des robots réceptionnistes au Japon, parcouru des usines entièrement robotisées en Corée du Sud et mangé dans les meilleurs restaurants automatisés de San Francisco. À l’issue de son investigation, il se définit comme « techno-pessimiste à court terme et techno-optimiste à long terme », confie-t-il au quotidien argentin La Nación.

Le futur du travail

Oppenheimer estime que la transition sera brutale, mais qu’in fine les progrès technologiques entraineront des bénéfices notables. Le premier d’entre eux sera l’accroissement du temps de loisir, entraînant la redéfinition de notre rapport au travail. « L’idée que le travail est ce qui donne un sens à notre vie est un concept relativement récent, qui peut très bien être transitoire », expose Nick Bostrom, un philosophe suédois interviewé par le journaliste. À tous ceux qui craindraient, malgré tout, de se retrouver désœuvrés, Oppenheimer liste les emplois d’avenir : analyste de données, ingénieur et programmeur informatique, spécialiste des énergies renouvelables et…guide spirituel.

À lire aussi dans Books : « Le crépuscule annoncé du travail humain », février 2015.

LE LIVRE
LE LIVRE

Sálvese quien pueda. El futuro del trabajo en la era de la automatización de Andrés Oppenheimer, Debate, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Pour l’amour des nécrologies
Hollywood plutôt que Godard
Peut-on simuler la folie ?

Dans le magazine
BOOKS n°102

DOSSIER

Vieillir... mais comment et jusqu'où ?

Jadis & naguère

Portrait du tyran en enfant malheureux

par Jean-Louis de Montesquiou

Chemin de traverse

18 faits & idées à glaner dans ce numéro

Histoire

Les États-Unis doivent leur naissance au rhum

par Wolfgang Lechner

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.