L’esprit critique ne prend pas de vacances ! Abonnez-vous à Books !

Écran noir
Temps de lecture 1 min

La grande évasion


Le Vent de la liberté / Studiocanal GmbH / Marco Nagel

Dans Le Vent de la liberté, le réalisateur Michael Herbig raconte l’histoire vraie de deux familles est-allemandes résolues à fuir la RDA à bord d’une montgolfière de leur fabrication. Une manière plus « classique » de s’échapper était de passer sous le Mur de Berlin. Soixante-quinze tunnels avaient été creusés à cet effet, mais moins de vingt ont permis à des Allemands de gagner l’Ouest, assure le journaliste américain Greg Mitchell dans Les Tunnels de la liberté.

 

L’une des premières évasions souterraines réussie est celle de la famille Becker. En janvier 1962, six mois après la construction du Mur, trois frères creusent une galerie partant du sous-sol de la maison familiale, pendant que leur mère fait le guet. Leur tunnel débouche quelques mètres plus loin, dans un parc de Berlin-Ouest. Dix hommes et dix-huit femmes l’empruntent pour fuir la RDA. Le quotidien ouest-allemand Bild publie des photos des frères Becker.

 

Cet exploit encourage le champion cycliste Harry Seidel, explique Mitchell. Lui est passé à l’Ouest avec sa femme et son fils dès 1961. Le Mur n’était encore constitué que de barbelés. Il avait repéré un endroit discret où le franchir facilement et fait passer quelques volontaires, mais n’avait pas pu emmener sa mère, sa belle-mère et ses beaux-frères. En sécurité en RFA, il trouve un associé pour creuser un tunnel de l’Ouest vers l’Est. Cela « allait à l’encontre de presque tous les exemples d’évasion par tunnel de l’histoire : opprimés, prisonniers et esclaves creusent toujours vers la liberté, et non depuis la liberté », écrit Mitchell.

 

En mars 1962, Seidel entreprend, avec l’aide d’ouvriers, de relier deux caves distantes d’à peine 25 mètres, mais situées de part et d’autre du Mur. En quelques jours, la galerie est percée et en 72 heures, l’équipe aide des dizaines d’Allemands de l’Est à s’enfuir. Mais le 27 mars, ils sont découverts. Seidel parvient à s’enfuir et condamne le tunnel. Un autre passeur Heinz Jercha est tué par la police est-allemande.

 

Seidel creuse de nouveaux tunnels. En novembre, il est tout près de sauver ses parents, mais se fait prendre. Condamné à la perpétuité, il passe quatre ans en prison avant d’être libéré dans le cadre d’un accord avec la RFA. Pendant ce temps, d’autres équipes entreprennent aussi de creuser de l’Ouest vers l’Est et permettent à des dizaines de personnes de fuir.

 

À lire aussi dans Books : Robinson en RDA, avril 2015.

C'est gratuit !

Recevez chaque jour la Booksletter, l’actualité par les livres.
LE LIVRE
LE LIVRE

Les Tunnels de la liberté : Les évasions sous le Mur de Berlin dont Kennedy voulait censurer les images de Greg Mitchell, Grasset, 2018

SUR LE MÊME THÈME

Écran noir Laisse ton colt au vestiaire
Écran noir L’importance de la lettre
Écran noir Chasser le lion pour le protéger

Dans le magazine
BOOKS n°99

DOSSIER

La forêt et nous

Société

« Où est le tigre, où est le tigre ? »

par Aman Sethi

Médecine

La sylvothérapie déferle sur l’Occident

par Nathalie Atkinson

Bestsellers

Cauchemar bucolique

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.