Un réel étrange et pénétrant

Letizia Le Fur puise ses images dans une nature plus familière qu’exotique pour construire un monde originel où le minéral, le végétal et la mer entrent en harmonie avec l’homme – un premier homme, fragile. Ses photographies ont quelque chose du rêve, nées de visions très pensées et d’une grande maîtrise des couleurs.


Au bout du chemin bleu qui glisse vers la mer, entre les frondaisons d’arbres immenses, le ciel s’embrase. C’est l’aube. Ou plus exactement la parfaite représentation d’un rêve d’aube. Car, dans cette image inaugurale du livre de ­Letizia Le Fur, rien ne colle avec le monde commun, et c’est bien cela qui émeut. La photographie est à l’évidence cadrée au millimètre et les couleurs retravaillées : les feuillages découpent dans le ciel incandescent la forme et le camaïeu d’une flamme. Le chemin, on le devine, est une route bitumée comme tant d’autres. La scène est éclairée au flash, façon nuit américaine : la cime des arbres est presque vert fluo, les troncs sont noyés dans la nuit… Et pourtant, on est happé par le mystère, on est d’emblée perdu.
Quelle heure était-il lorsque la photographe s’est arrêtée au tournant de cette route littorale pour visser son œil dans le viseur ? Peu importe, en vérité, car le livre s’appelle Mythologies. Letizia Le Fur ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Mythologies de Letizia Le Fur, Rue du Bouquet, 2021

SUR LE MÊME THÈME

Photographie Au Japon, sur les lignes de tensions
Photographie Les dernières traces de l’URSS
Photographie Le petit théâtre de Shoji Ueda

Aussi dans
ce numéro de Books