Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Vargas Llosa revient au roman historique

À 83 ans, l’écrivain péruvien naturalisé espagnol Mario Vargas Llosa n’en a pas terminé avec la littérature. Il vient de publier Tiempos recios, un roman dont l’intrigue est tirée d’un fait réel : en 1954, au Guatemala, un coup d’État militaire orchestré en sous-main par la CIA renverse le gouvernement de Jacobo Árbenz. Les États-Unis voyaient d’un mauvais œil la réforme agraire engagée par Árbenz, impliquant l’expropriation de grands propriétaires terriens et l’attribution de terres cultivables à quelque 100 000 familles de paysans. Et pour cause, la « loi de réforme agraire » nuisait gravement aux intérêts de la United Fruit Company, cette puissante entreprise nord-américaine implantée dans plusieurs pays d’Amérique centrale, en la délestant de 85 000 hectares de terres agricoles.

Fiction et histoire au Guatemala

Pour écrire ce roman combinant fiction et histoire, personnages réels et inventés, Vargas Llosa s’est beaucoup documenté de manière à « mentir en connaissance de cause », comme il se plaît à le répéter en interview. Les lecteurs de Vargas Llosa reconnaîtront dans cette méthode de travail celle qu’il avait adoptée pour l’écriture de Conversation à la Cathédrale (Gallimard, 1973), évoquant la dictature du péruvien Manuel Odría, et La fête au Bouc (Folio, 2004), récit des derniers jours du dictateur Rafael Trujillo, placé à la tête de la République dominicaine pendant une vingtaine d’années.

Dénonciation courageuse

Tiempos recios prouve, s’il en était encore besoin, que les fake news ne datent pas d’hier. L’écrivain péruvien y dépeint la machine de désinformation déployée par l’administration Eisenhower pour discréditer le gouvernement du président Árbenz, accusé de vouloir faire du Guatemala un satellite soviétique.« Vargas Llosa dénonce avec un courage admirable l’impérialisme américain et les méthodes brutales utilisées par ces gouvernements. Il ne manque pas non plus d’accuser les oligarchies du capitalisme forcené et la complicité de l’Église catholique », note le critique littéraire Santos Sanz Villanueva dans le magazine espagnol El Cultural. Le quotidien péruvien El Comercio se montre tout aussi élogieux et salue un livre « remarquable du point de vue littéraire et loin des clichés idéologiques », jugeant qu’il s’agit-là du « meilleur roman de Mario Vargas Llosa depuis La fête au Bouc ».

À lire aussi dans Books : Ne tirez pas sur Vargas Llosa, juin 2016.

LE LIVRE
LE LIVRE

Tiempos recios de Mario Vargas Llosa, Alfaguara, 2019

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Charlie Kaufman s’essaie à la littérature 
Lu d'ailleurs L’énigme « Pew »
Lu d'ailleurs Et Portnoy eut raison des censeurs australiens

Dans le magazine
BOOKS n°109

DOSSIER

SOS biodiversité

Chemin de traverse

12 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Armageddon

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Initiation au Cachemire

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.