Des vertus du confinement

Déconfinement, reconfinement, redéconfinement... Face à ce cycle potentiellement infernal, pourquoi ne pas s’essayer à la sagesse ? C’est la solution retenue par Averell Dalton : las de se faire implacablement remettre au pénitencier par Lucky Luke à la fin de chaque épisode, il choisit la résignation et décide d’aménager confortablement sa cellule, en accrochant même de petits rideaux de cretonne aux barreaux. D’autres virtuoses du confinement ont utilisé leur loisir imposé ou volontaire et ce tête-à-tête avec eux-mêmes pour progresser dans leurs réflexions (voir Boèce et sa Consolation de Philosophie, si édifiante son auteur fut érigé en martyr chrétien alors que c’était un aristotélicien pur jus ; ou Ludwig Wittgenstein et son Tractatus logico-philosophicus, écrit dans un camp de prisonniers en 1918). D’ailleurs, les philosophes s’accommodent en général assez bien du confinement, même maximal – c'est le cas de Socrate dans sa grotte-prison, conversant doctement avec ses disciples, ou de Derrida, incarcéré à Prague en 1981 à la suite d’une étrange machination et qui ressentit d’abord, selon son ...

SUR LE MÊME THÈME

L'avenir radieux de la lecture Parlez-moi de vous – et de moi
L'avenir radieux de la lecture Le bonimenteur du livre
L'avenir radieux de la lecture Ne canonnez pas le canon

Aussi dans
ce numéro de Books