Soutenez la presse indépendante ! Abonnez-vous à Books, à partir de 8€/mois.

Vingt et une versions de Blanche-Neige

Difficile de séparer l’image de Blanche-Neige de la pâle jeune fille présentée dans le film de Disney en 1937. Le dessin-animé a fixé dans l’imaginaire mondial ce personnage et son histoire largement inspirée du texte des frères Grimm, lui-même un composite de contes populaires. « Disney a fabriqué une version standard, ce qu’aucun conte de fée ne devrait jamais avoir, car ces histoires mouvantes, malicieuses, modulables sont faites pour être élaborées et brodées sans fin devenant ainsi différentes à chaque récitation », estime l’auteure jeunesse Lucy Lethbridge dans la Literary Review.

Renverser le standard

Face à ce « standard », Maria Tatar, professeure de littérature spécialiste du folklore et de la mythologie, rassemble 21 variantes de Blanche-Neige, dans The Fairest of them all. « Elle recherche les versions qui ont circulé à travers le globe pendant des siècles, celles où les rois sont remplacés par des sultans, les pommes par des grenades, et les demoiselles au teint blanc par des filles à la peau halée. Elle balaie au passage l’idée qu’il existe une seule façon dont l’histoire de Blanche-Neige devrait se dérouler », précise la critique Kathryn Hughes dans The Guardian.

Toutes les significations du conte

Si ces histoires partagent une trame minimale (la méchante parente jalouse de la beauté de la jeune fille), elles puisent aussi dans différents contes, de « La Belle au bois dormant » à « Boucle d’or », pour renforcer leur puissance dramatique. Mais elles reflètent surtout la société dans laquelle elles sont contées. En Grèce, Maroula est ainsi haïe par Vénus et tirée du coma par ses frères ; au Maroc, les sept goules qui ont recueilli Lalla refusent de la laisser partir quand elle se réveille de son sommeil maléfique : « Maintenant tu n’ouvres la porte à personne. Nous ne pouvons pas nous permettre de te perdre », ordonnent-ils en substance à la jeune fille dès lors destinée à rester leur aide domestique.

Ce décentrement de la perspective permet à Blanche-Neige « d’échapper aux perspectives bourgeoises des psychanalystes freudiens du début du XXe siècle », note Hughes. Quand Blanche-Neige migre vers d’autres cultures, un nouvel ensemble de significations possibles émerge, plus matérielles et temporelles.

À lire aussi dans Books : Les contes cruels des frères Grimm, décembre 2013.

LE LIVRE
LE LIVRE

The Fairest of Them All: Snow White and 21 Tales of Mothers and Daughter de Maria Tatar, Belknap Press, 2020

SUR LE MÊME THÈME

Lu d'ailleurs Benito Pérez Galdós, l’inépuisable « Balzac espagnol »
Lu d'ailleurs Alois Miedl, spoliateur en chef
Lu d'ailleurs Tsuneno, une femme dans le Japon d’Edo

Dans le magazine
BOOKS n°109

DOSSIER

SOS biodiversité

Chemin de traverse

12 faits & idées à glaner dans ce numéro

Edito

Armageddon

par Olivier Postel-Vinay

Bestsellers

Initiation au Cachemire

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.