Wittgenstein dans un bateau

Florian Illies est de retour. Dans son nouveau best-seller, il se fait le chroniqueur mondain de la décennie qui a précédé la Seconde Guerre mondiale.


Dans le tableau de Max Ernst Au rendez-vous des amis (1922), on retrouve les célébrités de l’époque : Gala et Paul Éluard, Louis Aragon, André Breton, Robert Desnos… © Bridgman/Max Ernst ADAGP

Il y a dix ans, le journaliste Florian Illies signait l’essai le plus vendu en Allemagne en 2012 (650 000 exemplaires écoulés) : 1913. Chronique d’un monde disparu se voulait le feuilleton d’une année qui, contrairement à la suivante, n’avait pas fait date. En 2018, Illies a récidivé avec « 1913. Ce que je voulais encore absolument raconter » (non traduit en français). Et le voilà de retour. Cette fois, fini l’avant-Première Guerre mondiale, place à l’entre-deux-guerres. La période est plus large – une décennie entière, de 1929 à 1939 –, mais la thématique plus restreinte : la vie sentimentale des grandes figures de l’époque. La méthode, elle, ne change pas : Illies raconte l’histoire à coups d’anecdotes distrayantes qu’il est allé puiser dans « un énorme corpus de journaux intimes et de lettres, mais aussi de littérature secondaire, qu’il assemble comme une mosaïque », commente Susanne Beyer dans Der Spiegel.
La vie intellectuelle et artistique berlinoise au moment où la montée du nazisme rend les relations amoureuses de plus en plus difficiles, voire impossibles, occupe une place ...

LE LIVRE
LE LIVRE

Liebe in Zeiten des Hasses: Chronik eines Gefühls 1929-1939 de Florian Illies, S. Fischer, 2021

SUR LE MÊME THÈME

Bestsellers Un héros très désabusé
Bestsellers Karpov, le patriote
Bestsellers L’art presque perdu de se concentrer

Aussi dans
ce numéro de Books