Wolfgang Streeck : « Marx n’avait pas prévu Keynes »

Le capitalisme bénéficie-t-il vraiment à tous ou seulement à la classe des possédants ? La question soulevée par Marx se pose avec une acuité renouvelée aujourd’hui, mais dans un contexte différent. Après la parenthèse de l’État-providence, nous assistons depuis les années 1970 à une révolte du capital, que la mondialisation favorise.

 


©Ralph Morse/The Life Picture Collection/Getty

Sortie d'usine en 1947. Au lendemain de la guerre, la classe capitaliste discréditée a dû négocier un nouveau contrat avec les forces de travail. Celui-là même qu'elle défait depuis quarante ans.

Que pouvons-nous encore ­apprendre de Karl Marx ? D’abord que notre société est une société historique, qui s’inscrit dans un flux d’événements. Et ­ensuite que ce flux d’événements ­s’ordonne de façon structurelle, que l’évolution de la société obéit donc à une logique qu’il nous faut comprendre pour pouvoir inter­préter ce qui se passe. Cette logique est difficile à reconstruire, mais elle dyna­mise de façon extra­ordinaire la théorie et l’expérience historique.   Vous admettrez que le capitalisme actuel est très différent du capitalisme au temps de Marx ? Je ne le dirais pas de façon aussi catégorique. Pour Marx, le capitalisme est la forme prise par la société moderne, dont le développement repose sur ­l’accumulation infinie de capital dans le secteur privé. Il est lié à une idéologie du ­progrès qui remonte au XVIIIe siècle et à la conviction, formulée par Adam Smith, que ce processus profite non seulement aux détendeurs de capitaux, mais à la société dans son ensemble, par la vertu intrinsèque du marché. La logique ...
LE LIVRE
LE LIVRE

Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme de Wolfgang Streeck, Gallimard, 2014

SUR LE MÊME THÈME

Dossier Pourquoi croit-on en Dieu ?
Dossier Aux origines des origines
Dossier Ce que ne nous disent pas les sciences cognitives

Aussi dans
ce numéro de Books