Brillez dans les salons ! Avec les 500 faits & idées sélectionnés par la rédaction. Un livre Books Éditions.

Écran noir
Temps de lecture 1 min

Les zombies et nous


The Dead Don't Die / Eleven Productions

Dans The Dead Don’t Die, présenté en ouverture du Festival de Cannes le 15 mai, Jim Jarmusch confronte les habitants d’une petite localité américaine à une horde de morts-vivants.

 

Les zombies sont « la projection paranoïaque » de toutes nos hantises, à commencer par la peur de l’« autre », explique le professeur de littérature Roger Luckhurst dans Zombies : A Cultural History. Ils sont le reflet à peine déformé de nous-mêmes, avec ce que nous avons de pire.

 

Mais loin de sortir des cimetières du fin fond de des États-Unis, les zombies trouvent leur origine dans la culture afro-antillaise, notamment en Haïti, rappelle Luckhurst. Les esclaves croyaient que ceux d’entre eux qui se suicidaient étaient condamnés à rôder dans les plantations pour l’éternité, tels des corps sans âme. Le « zombi » intègre ensuite le folklore vaudou de l’île. Et c’est là que les Américains le dénichent au début du XXe siècle, et le récupèrent en lui ajoutant un « e ».

 

Le premier à populariser la figure du « zombie » est l’écrivain William Seabrook avec son best-seller L’île magique, paru en 1930. Les premiers morts-vivants de la culture populaire ont un relent colonialiste et raciste (qui transparaît encore parfois aujourd’hui).

 

Après la Seconde Guerre mondiale, les zombies prennent une nouvelle signification politique et psychologique et déferlent désormais par vagues, comme des signes annonciateurs de l’apocalypse. Lockhurst y voit un effet un effet des deux grands traumatismes de l’époque : la Shoah et Hiroshima.

 

C’est dans les années 1960 et 1970 qu’apparaît au cinéma et à la télévision le zombie tel que nous le connaissons aujourd’hui. En 1968, dans La Nuit des morts-vivants, de George A. Romero, il devient notre propre reflet, l’homme aliéné par la modernité ; l’humain tellement dépersonnalisé qu’il n’est plus qu’un amas de chair voué à dévorer ou à être dévoré. Toutes les nobles vertus humaines – le courage, l’amour, le sacrifice – sont piétinées et anéanties.

 

C'est gratuit !

Recevez chaque jour la Booksletter, l’actualité par les livres.

À lire aussi dans Books : Zombies du quotidien, mars 2019.

LE LIVRE
LE LIVRE

Zombies: A Cultural History de Roger Luckhurst, Reaktion Books, 2015

SUR LE MÊME THÈME

Écran noir L'autre homme invisible
Écran noir Le rire est un lien social
Écran noir La naissance du maire

Dans le magazine
BOOKS n°103

DOSSIER

Femmes singulières

Mot manquant

Harga

par Daniel Pennac

Esprit critique

La nouvelle élite féminine

par Olivier Postel-Vinay

Politique

Mamata Banerjee, la « grande sœur » des Bengalais

par Sumana Roy

Voir le sommaire

Booksletter,
c'est gratuit !

Retrouvez gratuitement la Booksletter
chaque samedi matin dans votre boîte email.