À consommer pour l’évolution

« Ce livre est un banquet bruyant dans lequel l’historien romain Tacite, lord Byron, Timothy Leary [psychologue américain, militant de l’usage des psychédéliques], George Washington, le poète chinois Tao Yuanming et bien d’autres trinquent aux avantages de noyer la raison apollinienne dans l’abandon dionysiaque », résume Zoë Lescaze dans The New York Times. Dans Drunk, le philosophe américano-­canadien Edward Slingerland y analyse le rôle joué par l’ivresse dans l’émergence des civilisations. Son ouvrage se trouve à la croisée de plusieurs disciplines : l’anthropologie, la psychologie et la biologie de l’évolution. « Non seulement l’alcool permet aux personnes méfiantes et individualistes de baisser la garde et de collaborer, mais il favorise la créativité et l’esprit ludique indispensables à notre espèce pour innover et survivre », pointe la critique. Si l’ivresse a été essentielle pour nos ancêtres, notamment lors du passage de la vie nomade à la sédentarisation, soutient Slingerland, elle reste tout aussi profitable à l’époque moderne. « Une réponse érudite et rafraîchissante à la science dominante&...

LE LIVRE
LE LIVRE

Éméchés. Comment nous avons biberonné, dansé et titubé sur le chemin de la civilisation de Edward Slingerland, Brown Spark, 2021

SUR LE MÊME THÈME

Périscope Gel, peste et villes assiégées
Périscope Un rail, une vie
Périscope On achève bien les piétons

Aussi dans
ce numéro de Books