Autant en emporte le vent

Autant en emporte le vent

Romancière engagée, Barbara Kingsolver traite du déclassement de la classe moyenne blanche américaine à travers le portrait d’une famille et de sa maison qui s’effondre. Analyse clairvoyante ou vision simpliste ?

Publié dans le magazine Books, février 2019.
Pas étonnant que le huitième roman de ­Barbara Kingsolver figure au palmarès des best-sellers du New York Times. Les critiques ­s’accordent pour y voir « le premier roman américain qui traite, enfin, de l’élection de 2016 » : la bataille des primaires sert en effet de toile de fond, et Trump y ­apparaît comme une menace montante sous le nom du « Méga­phone ». En guise d’intrigue, on trouve « l’habituelle tragédie de la classe moyenne américaine contemporaine », lit-on sur le site de la radio publique NPR. Journaliste devenue free-lance après la faillite de son magazine, Willa doit subvenir aux besoins d’une famille élargie. Iano, son mari, a perdu son poste de professeur après la fermeture de l’université où il enseignait ; Nick, son beau-père, ancien ouvrier ­licencié, soutient Trump, tient des propos racistes et requiert des soins coûteux ; les enfants, jeunes adultes, sont ­revenus au nid avec un bébé. Enfin, la maison menace de tomber en ruine. En somme, « Unsheltered est rempli de personnages, d’événements et de problèmes bien reconnaissables, note le mensuel The Atlantic : on y croise la crise financière de 2008, le mouvement Occupy Wall Street, la question de la dette étudiante, l’économie des petits boulots, l’immigration et le réchauffement climatique ». À quoi s’ajoutent le chômage et la crise immobilière. Vétuste, la maison de Vineland, ancienne communauté utopiste fondée au XIXe siècle dans le New Jersey, incarne en 2016 « un monde qui chancelle », note l’écrivaine Meg Wolitzer dans The New York Times. La bâtisse centenaire évoque la « cala­mité américaine »,…
Pour lire la suite de cet article, JE M'ABONNE, et j'accède à l'intégralité des archives de Books.
Déjà abonné(e) ? Je me connecte.
Imprimer cet article
0
Commentaire

écrire un commentaire